Insolite
URL courte
7323
S'abonner

Une créature rare vivant dans le lac Ontario menace le monde sous-marin, provoquant la mort imminente des animaux qui la rencontrent, et terrifie les touristes. Privée de mâchoire, mais possédant une bouche ovale cernée de dents acérées, elle pousse les autorités à prendre des mesures pour lutter contre elle.

Une vidéo présentant une créature surprenante dans le lac Ontario, faisant partie des Grands Lacs d'Amérique du Nord et situé à la frontière américano-canadienne, a été publiée dans les réseaux sociaux. La créature a l'air d'un hybride d'un extraterrestre et d'un serpent d'eau, selon les utilisateurs qui n'ont pas hésité à commenter les images.

Il s'est trouvé que la créature découverte sur le rive n'était autre qu'une lamproie marine, espèce de poisson parasite, sans mâchoire, sa bouche étant ovale avec une langue garnie de dents acérées, qui lui permettent de se coller à la peau de ses proie, de sucer leur sang et de les tuer.

Les poissons qui croisent la lamproie marine se voient infliger une grande blessure ouverte qui provoque la mort imminente. La lamproie marine se répand actuellement de manière active dans toute la région et dans les lacs canadiens et américains. Des experts, cités par les médias locaux, appellent les touristes à lutter contre la propagation de ces poissons, notamment à ne pas les aider à passer les barrages et les tuyaux et, si possible, les pêcher dans les lacs.

Le lac Ontario n'est pas le meilleur endroit pour y nager et se reposer car il n'y a pas assez de plages accessibles et confortables, selon des médias. Cependant, de nombreux Américains s'y rendent quand même.

Lire aussi:

Éditorial interdit: le vaccin russe Sputnik V est un partenariat mondial de sauvetage
Guy Georges pourrait être remis en liberté sous peu malgré ses nombreux viols et meurtres
Cet acteur est considéré comme le meilleur James Bond de tous les temps
Tags:
monstre, poisson, lac Ontario, Grands Lacs d'Amérique du Nord, Canada, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook