Ecoutez Radio Sputnik
    biscuit

    Un ingrédient secret: une Américaine distribue des biscuits avec des cendres de son papy

    CC0 / ponce_photography
    Insolite
    URL courte
    5310

    Un goûter à glacer le sang a été préparé par une écolière américaine. Souhaitant régaler ses camarades de classe, elle a apporté des biscuits dans lesquels elle avait ajouté un ingrédient spécial qui n’était rien d’autre que … des cendres de son papy incinéré. Selon elle, cet ingrédient donnerait aux biscuits un «arôme particulier».

    Une écolière de Californie a offert à ses camarades de classe un goûter particulier. Cuisinant des biscuits, elle y a ajouté… des cendres de son papy décédé qui avait été incinéré, relatent les médias locaux.

    «Je ne l'ai pas cru avant qu'elle ne prenne une urne cinéraire. Elle a dit que les cendres donnent aux biscuits un arôme particulier. J'ai été terrifié», a confié aux médias un ami de la jeune fille, invité à lui donner un coup de main en cuisine.

    Par la suite, l'écolière a apporté ses biscuits à la Da Vinci Charter Academy High School où elle étudie. Neuf camarades de classe ont goûté à ces biscuits. Cependant, ils ont tous eu un malaise lorsqu'ils ont appris quel ingrédient secret la «cuisinière» avait ajouté.

    «Personne n'a eu de problèmes sanitaires car les cendres humaines ne sont pas toxiques», a annoncé un policier, ajoutant toutefois que «les écoliers pouvaient avoir certains problèmes psycho-émotionnaux».

    Selon lui, il est peu probable que la jeune fille soit poursuivie en justice pour ces actes, mais c'est à l'administration de l'école de décider si elle sera en mesure de continuer ses études dans cet établissement scolaire.

    Lire aussi:

    Impressionnant: 5.000 biscuits montrent l’effet domino (vidéo)
    Cet écureuil agressif fait fuir les policiers! (Vidéo)
    Pas pour les enfants: des gardiens de Disneyland livrent l’un de leurs secrets macabres
    Tags:
    dessert, cendres, biscuits, gâteau, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik