Ecoutez Radio Sputnik
    Un avion (image d'illustration)

    Une Britannique ivre dans un avion frappe des agents de bord et fait atterrir l’appareil

    © Sputnik . Alexey Malgavko
    Insolite
    URL courte
    7216

    Lors d’un vol entre Londres et Washington, une passagère complètement ivre, voyageant avec la compagnie aérienne United Airlines, a frappé des membres d’équipage. Le pilote a décidé de faire atterrir l’appareil.

    Michelle Vanbuskirk, une habitante de Londres âgée de 43 ans, voyageait de la capitale britannique à Washington et a commencé à se comporter de manière inadéquate une heure après le départ, relate Fox News. Dès que la femme a commencé à crier sur l'écran dans le dos du fauteuil de devant, les agents de bord l'ont escortée jusqu'à la queue de l'appareil. Cependant, au lieu de se calmer, elle a frappé des membres d'équipage.

    ​De ce fait, le pilote a décidé de faire atterrir d'urgence l'avion à l'aéroport de Londres-Heathrow. La coupable a été sortie de l'avion et arrêtée, tandis que tous les autres passagers ont dû attendre le lendemain pour s'envoler pour l'Amérique.

    Mme Vanbuskirk est accusée d'avoir troublé l'ordre public et d'avoir attaqué l'équipage. La procureure Lauren Smith a également déclaré que le retour à l'aéroport de départ de Heathrow avait coûté 5.000 dollars à la compagnie aérienne.

    Il y a quelques jours, un passager d'un vol Ryanair reliant Barcelone à Londres avait violement insulté une vieille dame noire assise à côté de lui. Son comportement avait provoqué un tollé sur internet et l'homme a dû présenter ses excuses à la femme à l'antenne de la télévision nationale britannique.

    Lire aussi:

    Un «incident grave» sur le tarmac de l’aéroport londonien d’Heathrow, des victimes
    Une panne d’éclairage sème la pagaille à l’aéroport d'Heathrow
    Londres donne une explication à l'inspection de l'avion russe
    Tags:
    équipage, avion, comportement, ivresse, vol, aéroport, Washington, Londres
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik