Insolite
URL courte
4571
S'abonner

Maya est un chat comme les autres… ou presque. Né avec un chromosome surnuméraire, le félin avait besoin de soins supplémentaires. Echappant in extremis à une mort programmée, l’animal a finalement trouvé un foyer, où il découvre l’amour avec ses nouveaux maîtres.

Le chat Maya est né avec le syndrome de Down, une anomalie chromosomique congénitale provoquée par la présence d'un chromosome surnuméraire sur la 21e paire. Il a notamment un physique atypique, se caractérisant par une certaine déformation de la face.

Encore chaton, il a été abandonné par ses anciens maîtres. Puis, quelqu'un l'a trouvé errant dans la rue et l'a emmené dans un refuge pour animaux, où il a passé trois mois. Cependant, comme personne ne voulait adapter le petit, le personnel de l'établissement était sur le point de l'euthanasier.

A ce moment-là, un membre d'une organisation caritative a remarqué le chaton, l'a retiré du centre d'accueil et a parlé de son histoire sur les réseaux sociaux, lançant ainsi un appel à la recherche d'une famille d'accueil pour le félin.

C'est de cette façon qu'un couple a appris l'histoire de Maya, qui a, par la suite, rejoint leur famille. Les nouveaux maîtres ont entouré l'animal de tout l'amour et des soins nécessaires. Ils lui ont même créé un compte Instagram où ils publient régulièrement les photos et les vidéos de leur compagnon à quatre pattes.

 

Ce chat est plus tard devenu le héros du livre pour enfants Meet Maya Cat: A story about acceptance («Rencontrez Maya le chat: une histoire de tolérance» en français), racontant que chacun mérite d'être aimé et apprécié. 

Lire aussi:

«Je vais te venger»: la promesse de la femme du chauffeur tabassé jusqu’à la mort cérébrale à Bayonne
«Lâches», «sans-c***lles»: Brigitte Bardot s’en prend au gouvernement et se dit «écœurée» par l’état de la France
Le directeur du FBI désigne le pays qui représente «la plus importante menace» pour les USA
Tags:
trisomie, animaux, chats
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook