Ecoutez Radio Sputnik
    plongeur

    Un plongeur péruvien ressort gonflé après une chasse aux mollusques (photos)

    CC0 / tuturgires
    Insolite
    URL courte
    4219

    En partant pêcher des mollusques, un plongeur péruvien ne s’attendait pas à ce qui allait lui arriver. Après avoir plongé à 30 mètres de profondeur, il a rencontré un problème technique avec son détendeur ce qui l’a obligé à remonter à la surface au plus vite. Cette remontée risquée a fait enfler son corps de manière spectaculaire.

    Un plongeur péruvien était en train de plonger à la recherche de mollusques et de crustacés au large des côtes du sud du Pérou lorsqu'un cargo a abîmé son détendeur lui permettant de respirer l'air de sa bouteille, a rapporté le quotidien Metro.

    Se trouvant à une profondeur de 30 mètres, le détendeur était la seule manière pour ce père de deux enfants de respirer de l'air comprimé. Il a donc été contraint de remonter précipitamment à la surface.

    L'homme a survécu, mais son corps a considérablement enflé, laissant tout le haut de son torse gonflé et déformé, pesant 30 kilogrammes de plus.

    Cette remontée rapide est très dangereuse pour les plongeurs car des bulles d'azote peuvent se dégager suite au changement de la pression sanguine. Ce phénomène est appelé «accident de décompression». Âgé de 56 ans, il a maintenant des douleurs constantes et sa poitrine siffle lorsqu'il respire.

    Comme le plongeur n'a pas pu payer son traitement, il a perdu son travail.

    Actuellement les médecins s'occupent de lui. Ils estiment que quelques heures passées dans une cabine oxygénée et hautement technologique lui permettront de reprendre une forme normale.

    Lire aussi:

    La France au seuil d’une révolution? Le sondage alarmant de l’Ifop
    Gilets jaunes: l’armée sera déployée samedi pour sécuriser des bâtiments
    Les derniers mots des pilotes du crash du Boeing 737 MAX révélés par les boîtes noires
    Tags:
    risques, photo, plongée, plongeurs, Pérou
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik