Ecoutez Radio Sputnik
    La centrale hydroélectrique de la Boureïa, dans la région de l'Amour

    Météorite ou glissement de terrain? Une rivière bloquée en Russie (vidéo)

    © Sputnik . Igor Ageenko
    Insolite
    URL courte
    2126
    S'abonner

    Une grosse météorite serait tombée en Extrême-Orient russe, d’après un représentant des autorités locales qui affirme qu’elle aurait détruit une colline et entravé le cours d’un affluent de l’Amour. Mais l’Institut d’astronomie russe préfère l’hypothèse d’un glissement de terrain. Une vidéo montrant la région touchée circule sur internet.

    Une colline s’est effondrée dans la taïga du territoire russe de Khabarovsk, bloquant la rivière Boureïa, un affluent de l’Amour, sur laquelle se trouve une grande centrale hydroélectrique, a annoncé le journal Territoire de Khabarovsk aujourd’hui (Todaykhv.ru), se référant à Alexeï Maslov, chef de l’administration du district de la Haute Boureïa.

    Sur une vidéo qui a été publiée en ligne par un habitant de la région, on voit des troncs d’arbres renversés et de grosses pierres qui entravent le cours de la Boureïa

    La direction de la centrale hydroélectrique de la Boureïa, qui a une capacité de 2.010 MW, a déjà constaté une baisse importante du niveau de l’eau en amont de l’ouvrage.

    Selon M.Maslov, le barrage naturel large de 400 m, long de 700 m et haut de 80 m se serait formé à cause de la chute d’une grosse météorite. 

    Toutefois, la centrale de la Boureïa a rejeté cette hypothèse. Selon Iaroslav Korchounov, porte-parole de la centrale, aucune explosion ou secousse n’a été enregistrée par les capteurs sismiques situés près de la centrale. D'après lui, la baisse du niveau d’eau a été provoquée par un glissement de terrain.

    L’Institut d’astronomie de l’Académie russe des sciences doute lui-aussi qu’il s’agisse d’une météorite puisqu'il serait impossible ne pas remarquer la chute d’un corps céleste d’une si grande taille.

    «Nous avons demandé conseil aux spécialistes de l’Institut de dynamique des géosphères. Ces experts et nos astronomes sont parvenus à la conclusion que c’était un glissement de terrain», a déclaré Boris Choustov, directeur de l’Institut d’astronomie.


    Tags:
    glissement de terrain, météorite, centrale hydroélectrique de la Boureïa, Institut de dynamique des géosphères (Russie), Institut russe d'astronomie, Boris Choustov, Iaroslav Korchounov, Alexeï Maslov, Boureïa, territoire de Khabarovsk, Extrême-Orient
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik