Insolite
URL courte
551160
S'abonner

Des milliers de personnes ont signé une pétition en ligne accusant la société américaine Nike d’insulter les musulmans. Le logo rappelant le mot «Allah», présent sur les semelles d’un modèle de baskets, qui indigne de nombreux internautes. Cette nouvelle polémique survient une semaine après celle ayant touché du papier toilette vendu en France.

La pétition lancée sur change.org par l'utilisatrice Saiqa Noreen a déjà recueilli environ 6.000 signatures. Elle demande notamment l'arrêt de la fabrication des baskets Nike Air Max 270 dont les semelles présentent un logo qui s'apparenterait au mot «Allah», «Dieu» en arabe.

«C'est scandaleux et épouvantable de la part de Nike d'inscrire le nom du Dieu sur des chaussures», s'indigne l'auteur de la pétition.

​D'ailleurs, elle a qualifié ce logo d'«offensant pour les musulmans et l'islam».

Auparavant, une vidéo avait été postée sur YouTube par un internaute, qui affirmait voir le mot arabe «Allah» gaufré sur le papier hygiénique Marks&Spencer. L'homme a appelé ses «frères et sœurs» à s'abstenir d'acheter ce papier, voire à boycotter complètement la marque.

Ce n'est pas la première fois que Nike fait face à un tel scandale. En effet, en 1997, un logo situé au dos du modèle de baskets Nike Air Bakin, rappelait lui aussi à certains consommateurs le nom d'«Allah». Cette maladresse avait alors été interprétée par une partie de la communauté musulmane des États-Unis comme étant une offense à leur religion. La chaîne de vêtements et d'accessoires de sport avait fini par retirer 38.000 paires du marché. Elle avait également présenté ses excuses à ses clients musulmans.

Lire aussi:

Un très fort bruit d’explosion entendu à Paris et en Île-de-France
Détonation entendue à Paris: pourquoi l’avion de chasse a-t-il été mobilisé?
Naufrage économique mondial à venir? Un célèbre investisseur suisse craint des révolutions
Ankara répond à Paris après les propos de Macron sur le Haut-Karabakh
Tags:
chaussures, islam, musulmans, Nike
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook