Ecoutez Radio Sputnik
    Une femme et les chars, image d'illustration

    Les clichés érotiques de cette militaire UK choquent ses collègues et ses chefs (photos)

    © Sputnik . Alexey Filippov
    Insolite
    URL courte
    4518161

    Après que les photos et vidéos à caractère érotique de Briony Murray, une militaire britannique, ont été retrouvées sur la Toile, ses collègues ainsi que ses supérieurs ont été scandalisés. Il s’est avéré qu’avant de commencer sa carrière militaire, elle posait pour des sites pour adultes.

    À chacun son passé et cette engagée dans l'armée britannique n'y fait pas exception: en effet, Briony Murray, âgée de 26 ans, était, avant de commencer son service militaire… mannequin pour des photos et vidéos érotiques, comme le rapporte le tabloïd The Sun.

    Des vidéos ainsi que les photos à caractère érotique de Briony Murray ont été diffusées sur la Toile. Sur ces images, elle pose en lingerie et seins nus. Sur l'une d'elles, la jeune femme porte d'ailleurs une cravate de régiment.

    Selon la publication, Briony Murray est toujours enregistrée sur différents sites de ce genre. Elle y apparaît sous le pseudonyme de Briony M et affirme y être «active» depuis 2013.

    Les collègues de Murray ont été choqués d'une telle découverte. Certains d'entre eux ont été indignés par le fait que la prestigieuse insitution engage de telles personnes.

    Selon l'administration de son unité, toutes les photos et publications ont été faites avant que Murray ne rejoigne l'armée. «C'est une bonne recrue, c'est ce qui compte», a déclaré une source proche du commandement. Il a fait remarquer que tout le monde avait droit à son histoire.

    Lire aussi:

    «Excusez-nous, on ignorait qu’il était invisible»: le F-117 abattu par les Serbes en 1999
    Encore un pays européen qui promet de transférer son ambassade en Israël à Jérusalem
    Ces symptômes du cancer du cerveau que les malades ignorent
    Tags:
    armée, érotisme, femme, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik