Ecoutez Radio Sputnik
    un briquet

    Un Chinois alcoolisé manque d’exploser après avoir avalé un briquet (image)

    CC0 / Pixabay/Comfreak
    Insolite
    URL courte
    1014

    Un Chinois a failli exploser à cause d’un briquet qu’il avait avalé pour faire rire ses amis, relate le réseau social WeChat. Le liquide inflammable était sur le point de se répandre dans son estomac quand les médecins ont réussi à extraire le briquet sans même procéder à une intervention chirurgicale.

    Des médecins chinois ont retiré un briquet de l'estomac d'un patient, ont affirmé le 12 mars des représentants de l'hôpital de Shenyang dans la province Liaoning dans le réseau social WeChat.

    Un Chinois âgé de 23 ans passait du temps avec ses amis quand il a décidé de les amuser en avalant un briquet de huit centimètres de long. Après l'avoir englouti, il se sentait bien. Un peu plus tard, il a cependant commencé à avoir mal à l'estomac, relate son père.

    Le dimanche 10 mars dans la matinée, il a emmené son fils à l'hôpital. Après l'avoir examiné, les médecins ont conclu qu'il était trop dangereux de l'opérer. Ensuite, le jeune homme a été orienté vers une clinique plus importante de Shenyang. Des médecins de cette clinique ont découvert que le briquet était en train d'être dégradé par le suc gastrique. Du liquide inflammable risquait de couler dans l'estomac à tout moment.

    ​Selon les médecins, comme l'objet dangereux avait passé 30 heures à l'intérieur du corps du jeune homme, il aurait pu déjà avoir explosé sans intervention extérieure. Le briquet a été finalement retiré à l'aide d'un gastroscope en trois minutes, ce qui était le moyen le plus inoffensif pour le patient.

    Lire aussi:

    Madonna et les candidats islandais sortent un drapeau palestinien lors de l’Eurovision en Israël (images)
    Ce cadeau de Cristiano Ronaldo aux Palestiniens pour le ramadan
    À Reims, une femme tombe au passage des policiers, BFMTV suspend l’image
    Tags:
    briquet, médecine, hôpital, Liaoning, Shenyang, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik