Ecoutez Radio Sputnik
    Un bébé lion de mer

    Un policier vient arrêter un délinquant mais tombe sous son charme (images)

    © Sputnik . Said Tsarnaev
    Insolite
    URL courte
    3381

    Un bébé lion de mer a beaucoup étonné les automobilistes californiens en surgissant sur la chaussée, au milieu des voitures. Un policier a été appelé pour «l’arrêter» et l’a transporté sans encombre dans un centre de soins.

    Un officier appelé sur une autoroute pour régler un accident, au sud de San Francisco, a été surpris de voir quelle sorte de délinquant bloquait la circulation. Certain qu’il s’agissait d’une plaisanterie ou d’une erreur, il a pourtant trouvé sur les lieux un bébé lion de mer, relate le site Dodo.

    ​Le mammifère, âgé de 10 mois, était surveillé par quelques automobilistes qui s'étaient arrêtés pour l’aider. «J'étais sous le choc et je ne pouvais en croire mes yeux: je regardais réellement un lion de mer sur une autoroute aussi fréquentée», a avoué l’agent.

    ​Le petit lion de mer, quant à lui, vivait avec un émerveillement enfantin cette nouvelle expérience. Il était très calme et curieux de savoir ce qui se passait, a raconté le policier. Celui-ci, obligé d’arrêter le perturbateur, a décidé de ne pas lui passer les menottes. Il a garé sa voiture de patrouille et a ouvert la porte passager. L’animal a tout de suite sauté sur le siège arrière du véhicule.

    ​Il a ensuite été amené dans un centre de sauvetage des mammifères marins, où un examen a révélé qu'il était en bonne santé, excepté une légère malnutrition et une coupure mineure à la nageoire. Il pourra être relâché rapidement dans la nature.

    Lire aussi:

    La canicule fait ses premiers morts en France
    Une femme décédée pendant 27 minutes raconte ce qu'elle a vu et vécu
    L’éruption de la «bouche de l’enfer» dans les Kouriles après 100 ans de sommeil tue tout ce qui vit (images)
    Tags:
    autoroute, lion de mer, animaux, insolite, police, Californie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik