Ecoutez Radio Sputnik
    Lion asiatique

    Armé d’un bâton, cet Indien fait peur à un lion attaquant ses vaches - vidéo

    CC BY 2.0 / vaidyarupal
    Insolite
    URL courte
    4261
    S'abonner

    Âgé de 50 ans, cet Indien a gardé son sang-froid face à un lion qui au milieu de la nuit a tenté d’attaquer ses vaches. Un simple bâton d’un mètre de long lui a suffi pour chasser le prédateur et sauver ses animaux.

    Pour Devsinh Vadher, 50 ans, c’était une nuit comme les autres. Il dormait à l’intérieur d’un enclos destiné à protéger ses bêtes abandonnées et malades. Mais vers 3h00 du matin, il a été réveillé par un bruit.

    Comme le montre cette vidéo d’une caméra de surveillance, l’homme est sorti pour voir ce qui se passait quand soudain une vache et un veau sont entrés dans l’enclos poursuivis par un lion. Face au prédateur, l’homme a gardé la tête froide et a lancé de toutes ses forces un bâton d’un mètre de long sur l’animal.

    Le lion ne s’attendait pas à rencontrer l’homme et a dû s’enfuir.

    L’Indien courageux dont la maison est située près du parc national et sanctuaire faunique de Gir, dans l’État du Gujarat, a ensuite expliqué que les villageois étaient habitués à rencontrer des lions presque tous les jours, mais que c'était la première fois qu’il a dû affronter le prédateur d’aussi près.

    «J'étais à seulement deux à trois mètres de l’animal. J'avais naturellement peur de voir ce gros animal mais je ne pouvais pas m'inquiéter pour ma vie. Tout ce qui m'inquiétait c’étaient mes vaches», a-t-il souligné cité par l’agence Associated Press.

    Et d’ajouter:

    «J’aime les vaches. J’ai consacré toute ma vie pour les protéger. Comment pourrais-je les laisser être attaquées par un lion. Bien que le veau soit mort, je suis heureux que d’autres vaches aient été sauvées», a-t-il expliqué.

    L’homme qui s’est dit «un peu choqué par l’incident» a souligné qu’après cette attaque il était plus que jamais persuadé qu’il devait dormir près de ses animaux.

    Tags:
    vaches, Inde, lions
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik