Ecoutez Radio Sputnik
    extraterrestre

    Près de 600.000 personnes veulent forcer une base militaire US à la recherche d’extraterrestres

    CC0 / pixabay
    Insolite
    URL courte
    7244
    S'abonner

    Plus d’un demi-million de personnes sur Facebook ont dit vouloir «prendre d’assaut» la Zone 51, une base militaire américaine secrète dans le Nevada. Une blague, disent ses participants, mais qui semble avoir été du goût du public.

    Près de 600.000 personnes ont exprimé sur Facebook leur souhait de «prendre d’assaut» la Zone 51 («Area 51»), une base militaire du Nevada entourée du plus grand secret.

    L’événement baptisé «Forcer la Zone 51, ils ne pourront pas nous arrêter» est prévu pour le 20 septembre 2019. Les participants se voient proposer de se réunir dans un centre touristique avant d’accéder au site. «Si nous nous mettons à courir, nous pourrons nous déplacer plus vite que leurs balles. Allons voir les extraterrestres», écrivent les organisateurs.

    Dans une publication épinglée, un participant tient pourtant à expliquer qu’il s’agit en réalité d’une blague, rejetant toute responsabilité si elle est prise au sérieux.

    «Bonjour, le gouvernement américain, c’est une blague, et je n’ai pas vraiment l’intention de poursuivre ce projet», a-t-il noté après voir énoncé son plan de l’action.

    «Je pensais juste que ce serait drôle et que je pourrais obtenir des liens utiles sur Internet. Je ne suis pas responsable si les gens décident de prendre d'assaut la Zone 51», ajoute-t-il.

    Nombre de Présidents américains successifs ont été interrogés sur les activités de cette désormais célèbre Zone 51. Créée dans les années 1950, elle s’étend sur plus de 1,2 million d'hectares et a servi à des essais nucléaires. Diverses théories du complot relayées à travers le monde vont jusqu’à suggérer qu’une soucoupe volante aurait été étudiée et cachée par l'armée américaine sur la Zone 51.

    Tags:
    ovnis, Facebook, extraterrestres, Nevada, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik