Ecoutez Radio Sputnik
    Image d'illustration

    Une circoncision pratiquée par erreur sur un patient britannique

    © CC0 / skeeze
    Insolite
    URL courte
    121517
    S'abonner

    Une erreur médicale est survenue dans un hôpital britannique, qui a consisté en la circoncision surprise d’un patient venu se faire opérer de la vessie.

    L’été passé, Terry Brazier, un Britannique de 70 ans, s’est rendu à l’hôpital Leicester Royal Infirmary pour une injection de botox dans la vessie, mesure visant à régler son problème d’incontinence, rapportent les médias. Imaginez donc sa surprise lorsque les médecins lui ont expliqué que quelque chose avait mal tourné et qu’au lieu de pratiquer la procédure en question il avait été… circoncis.

    Le personnel médical, tout comme l’établissement où l’erreur s’est produite, ont présenté leurs excuses au malheureux patient.

    «Que pouvais-je dire? J’étais époustouflé. Je ne pouvais pas croire à ce qu’on m’avait dit», a-t-il par la suite déclaré aux médias.

    Et d’avouer que, pris par la discussion avec les infirmières, il ne s’était pas immédiatement rendu compte du fait qu’une opération bien différente lui avait été pratiquée.

    Comme le rappelle M.Brazier, il ne faut pas omettre le côté sérieux de cette histoire qui peut paraître drôle. En effet, une faute plus grave aurait pu se produire: on aurait pu amputer par erreur un membre à un patient, explique-t-il.

    Cette erreur médicale a coûté à l’hôpital 20.000 livres sterling, soit près de 21.700 euros.

    Lire aussi:

    Des policiers «en embuscade» chargent des manifestants et renversent un paraplégique à Rennes - vidéo
    Un important incendie embrase le porte-avions russe Amiral Kouznetsov, des blessés, dont des militaires - vidéos
    La plus riche société du monde soupçonnée de vouloir profiter des retraites des Français
    Des affrontements à Nantes en marge de la manifestation contre la réforme des retraites - vidéo
    Tags:
    erreurs, médecine, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik