Insolite
URL courte
Créatures marines (96)
102891
S'abonner

Après que leur fille de 21 ans a été dévorée par des requins en juin aux Bahamas, les parents, inconsolables, reviennent sur ces faits tragiques dans l’émission Good morning America.

C’est l’histoire d’un voyage sur l’archipel des Bahamas qui tourne au drame pour des Californiens, dont la fille de 21 ans a été dévoré par des requins le 26 juin sous les yeux de sa mère qui a tenté de les chasser, en vain.

Dans l’émission Good morning America, sur la chaîne ABC, les parents endeuillés se souviennent des détails de la tragédie.

Ce jour-là, la mère et sa fille font de la plongée, tandis que le père nourrit des cochons sauvages. Soudain, la mère entend sa fille crier et la voit entourée de requins. Elle se précipite alors vers elle, avant de constater que le bras droit de sa fille est arraché.

Alors qu’elle tente de la sauver, un autre requin surgit.

«Maman, il y a un autre requin qui arrive», lance la jeune femme terrifiée. Telle fut la dernière phrase prononcée par sa fille, confie la mère.

Après avoir frappé le requin, la mère parvient à tirer sa fille hors de l’eau, mais alors que le bateau les transporte jusqu’à l’ambulance, la jeune femme s’accroche à peine à la vie. En route pour l’hôpital, elle s’éteint.

Comme l’avoue le père, ils pleurent chaque nuit. Il reconnaît que bien que cette tragédie les concerne tous les deux, c’est sa femme qui a connu le pire:

«Elle a vu tout le sang, elle a vu sa pauvre fille mourir dans ses bras».

 

Dossier:
Créatures marines (96)

Lire aussi:

Une deuxième vague de Covid-19, «c’est presque certain», affirme un infectiologue japonais
Un homme de 75 ans en sang: les policiers de Buffalo démissionnent par solidarité avec leurs deux collègues suspendus
Tensions dans le centre de Marseille où la police tente de disperser les manifestants - vidéos
Engagement de GI en Tunisie: Washington accuse Moscou et tente de doubler Paris
Tags:
Bahamas, décès, États-Unis, requins
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook