Insolite
URL courte
121612
S'abonner

Un débat au sein d’un Parlement régional du Kenya a été suspendu après qu’un député a flatulé. Le principal «suspect» a tout de suite nié les accusations, une dispute entre les parlementaires éclatant par la suite et incitant le président à demander à ce que soit apporté un désodorisant, quelle que soit son odeur, «de vanille ou de fraise».

Un député a provoqué la suspension d’un débat au sein du Parlement régional kenyan, dans le comté de Homa Bay, en polluant l’air. Les faits se sont déroulés le 7 août, selon Le Daily Mail.

«Honorable président, l’un de nous a pollué l’air et je sais qui c’est», aurait déclaré le député Julius Gaya.

Le parlementaire, qui a été accusé d’avoir pollué l’air, a nié les faits:

«Je ne peux pas faire une telle chose devant mes collègues».

Un différend a ensuite éclaté entre les autres parlementaires qui se sont accusés mutuellement d’avoir perturbé la session avec une odeur nauséabonde.

Selon les informations, le président Edwin Kakach aurait alors demandé à ce que soient apportés des désodorisants pour que ça sente bon.

«Apportez [un désodorisant de] n'importe quelle odeur que vous allez trouver dans n'importe quel bureau, qu'elle soit de vanille ou de fraise», aurait-il exigé.

Les effluves gênantes se sont toutefois évanouies avant que des désodorisants n’aient été trouvés.

Lire aussi:

Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
Bill Clinton se fait masser par une accusatrice de Jeffrey Epstein sur des clichés de 2002 – photos
Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
L’humoriste de France Inter Guillaume Meurice s’en prend aux commerçants frappés par le confinement
Tags:
Kenya
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook