Insolite
URL courte
81648
S'abonner

Un Britannique, père de trois enfants, affirme souffrir de morsures de fausses veuves noires. À cause de sérieuses douleurs, ses plaies suintant de pus, il n’arrive ni à marcher, ni à prendre une douche depuis deux mois. Il se dit extrêmement préoccupé pour ses enfants, les araignées l’ayant attaqué dans son propre lit.

Un habitant de 26 ans de la ville anglaise de Southampton affirme qu'il est incapable de marcher après avoir été mordu cinq fois par de fausses veuves noires dans son propre lit, ces araignées étant connues pour avoir une morsure venimeuse mais pas mortelle, selon le Sun.

Actuellement, il a plusieurs marques de morsures rouges sur son corps, dont certaines se sont transformées en plaies suintant de pus. D’après son médecin, il souffre d’une réaction allergique.

«Les morsures sont douloureuses et j’ai maintenant peur pour mes enfants, en particulier pour mon bébé de sept mois qui dort dans la même chambre que moi. La nuit, c’est quand je suis habituellement mordu», a expliqué le Britannique au quotidien Metro.

Selon son épouse, si les araignées piquent les enfants autant que leur père, ils n'auront aucune chance de survivre.

«Je reste à la maison et garde les enfants. Lewis ne peut pas aller au travail», s’est plainte son épouse.

L’homme s’était déjà adressé aux autorités locales en leur demandant de chasser les araignées de l’immeuble, mais sans résultat. Un porte-parole du conseil de la ville a finalement fait savoir qu’ils allaient effectuer une enquête, et ce bien qu’aucun autre foyer ne se soit plaint d’une telle invasion.

Lire aussi:

Un policier tué dans la Sarthe par un véhicule tentant de prendre la fuite
La une du Monde sur Beyrouth avec une illustration du caricaturiste Plantu provoque un tollé
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
La France annonce la plus importante hausse de cas de Covid-19 en plus de deux mois
Tags:
morsure, père, Southampton, araignée
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook