Ecoutez Radio Sputnik
    Imprimante 3D (image d'illustration)

    Des scientifiques équatoriens ont appris à «imprimer» des organes avec des pathologies et des lésions

    CC0 / lppicture / Imprimante 3D
    Insolite
    URL courte
    0 90
    S'abonner

    Une technologie permettant d’«imprimer» en taille réelle des organes humains présentant des pathologies et des lésions est désormais accessible en Équateur. Selon des scientifiques, cela faciliterait à l'avenir le travail des chirurgiens.

    Des scientifiques équatoriens ont appris à «imprimer» des organes humains affectés par des pathologies et des lésions. La technologie Helguero 3D qu'ils ont conçue permet de créer un organe individuel en taille réelle, ce qui facilitera le travail des chirurgiens à l'avenir, rapporte le quotidien équatorien El Universo.

    Selon le représentant du projet Gabriel Helguero, en utilisant ces modèles imprimés en 3D, les médecins peuvent observer plus clairement les pathologies de leurs patients et améliorer leurs méthodes lors de diverses opérations. Ainsi, le chirurgien saura quelle incision il doit pratiquer avant le début de l'opération, ce qui n'est pas toujours possible pour différentes pathologies.

    Un algorithme spécial analyse et convertit les données obtenues à l'aide de tomographes, de la résonance magnétique et d'ultrasons. Après l’analyse, le programme reproduira toutes les tumeurs, les déformations ou tout simplement les déficiences du corps humain.

    De plus, les modèles reproduits sont imprimés dans un matériau biodégradable obtenu à partir de maïs.

    Lire aussi:

    Un ex-colonel de l’Armée de l’air: en Algérie, «il y a une contre-révolution»
    La France va expérimenter dès 2020 une «monnaie centrale digitale»
    Premières dégradations à Paris en marge de la manifestation du 5 décembre - images
    Un policier frappé lors d’un contrôle pendant que les amis de l’agresseur filment la scène
    Tags:
    chirurgie, imprimante 3D, organes, Equateur
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik