Ecoutez Radio Sputnik
    Ours polaire

    Un bateau contraint de changer de cap par des ours polaires agressifs – vidéo

    © Photo. Annie Spratt
    Insolite
    URL courte
    1142
    S'abonner

    Un chaland qui naviguait sur la mer de Kara, au large des côtes russes, a dû changer de cap en raison de l’apparition d’ours polaires agressifs sur son itinéraire.

    Deux ours polaires se sont approchés d’un chaland naviguant sur la mer de Kara, dans l’océan Arctique, forçant le capitaine à changer de cap, à en juger par une vidéo publiée par une agence de presse régionale.

    L’enregistrement montre deux ours nager à côté du bateau et gronder à plusieurs reprises:

    Le chaland commence alors à manœuvrer lentement pour augmenter la distance qui le sépare des ours.

    «Nous avons décidé de nous éloigner pour ne pas irriter les animaux», explique l’auteur de la vidéo.

    Invasion d’ours polaires dans la Nouvelle-Zemble

    En février, les autorités de l’archipel russe de Nouvelle-Zemble, en mer de Barents, qui compte près de 3.000 habitants, ont décrété l’état d’urgence face à l’«invasion» de dizaines d’ours polaires agressifs.

    Reconnus comme une espèce en danger, les animaux attaquaient les gens dans la rue et s’introduisaient dans des immeubles. Ce phénomène est lié notamment à la fonte des glaces dans l’Arctique qui force les ours à passer plus de temps à la recherche de nourriture et à s’aventurer vers les zones habitées par l’homme.

    Lire aussi:

    Le roi Salmane condamne la fusillade perpétrée par un militaire saoudien dans une base de l’US Navy en Floride
    En boule au sol, il est roué de coups de matraque et de pied par des policiers à Paris le 5 décembre – vidéo
    Elle organise un duel entre son mari et son amant, le premier décède touché à 35 reprises
    Un ex-colonel de l’Armée de l’air: en Algérie, «il y a une contre-révolution»
    Tags:
    fonte des glaces, Nouvelle-Zemble, Russie, animaux, ours blanc, mer de Kara, océan Arctique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik