Insolite
URL courte
7424
S'abonner

Apres avoir mangé du poulet insuffisamment cuit, un homme a été emmené d'urgence à l'hôpital, car il délirait et perdait connaissance. Des médecins ont constaté que son intoxication avait provoqué une réaction rare de l’organisme: son système immunitaire avait endommagé la colonne vertébrale, ce qui lui a paralysé le cou.

Un habitant de la ville anglaise de Brighton, dans le Sussex de l'Est, a mangé du poulet mal cuisiné et reste paralysé du cou depuis, rapporte le Sun.

Alors qu’il mangeait dans un restaurant de Londres, Richard Jackson, 39 ans, s’est intoxiqué avec du poulet pas suffisamment cuit. L'homme a été emmené d'urgence à l'hôpital car il délirait et perdait connaissance.

Les médecins n’ont pas immédiatement compris ce qu’il lui arrivait mais ont dû agir rapidement. Jackson a été placé en soins intensifs sous un ventilateur artificiel. Par la suite, il a été mis dans un coma artificiel pendant dix jours. Il s'est avéré que l'intoxication avait provoqué une réaction particulièrement rare de l’organisme: son système immunitaire avait endommagé sa colonne vertébrale, ce qui a rendu Jackson paralysé du cou.

Une fois sorti du coma, il avait du mal à bouger les bras et les jambes et a donc dû s'engager dans la difficile voie du rétablissement.

Après l’hôpital, Jackson a passé deux mois dans un centre de neuroréhabilitation. Là-bas, il a réappris à s'asseoir, à manger, à parler clairement, à changer de fauteuil roulant de façon autonome, à se brosser les dents et à passer du fauteuil roulant au siège de voiture. L’homme paralysé doit encore marcher avec une assistance robotique contrôlée par ses ondes cérébrales.

Lire aussi:

Six touristes français tués dimanche au Niger par des hommes armés
Dispersion des manifestants à Minsk, la police utilise des grenades assourdissantes - vidéos
Où est passé le navire ayant apporté le nitrate d’ammonium à Beyrouth?
Présidentielle en Biélorussie: les premières estimations
Tags:
colonne vertébrale, intoxication, Brighton, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook