Insolite
URL courte
8739
S'abonner

Un homme âgé qui s’était retrouvé à l'hôpital en raison de problèmes respiratoires a été déclaré mort par ses médecins qui ont rapidement remis un certificat de décès à la famille. Des employés des pompes funèbres l’avaient pourtant vu cligner des yeux et bouger ses mains.

Dans la ville colombienne de Barranquilla, des médecins ont déclaré mort un patient pourtant bel et bien vivant, rapporte le portail d'information 7News.

Candelario Gutierrez Hernandez, 80 ans, originaire de la ville de Ponedera, avait été hospitalisé en raison de problèmes respiratoires. Peu après son admission, il a été déclaré mort.

«On nous a dit qu'il était mort de causes naturelles et on nous a remis un certificat de décès. Son cadavre a été laissé dans un sac mortuaire à la clinique», relate sa fille aux medias locaux.

Cependant, les pompes funèbres les ont informés du fait que l'homme était toujours en vie. La famille a alors immédiatement appelé les représentants de l'hôpital, qui ont confirmé l’information.

Selon elle, lorsque les pompes funèbres sont arrivées sur les lieux, elles l’ont vu cligner des yeux et bouger ses mains.

La nièce d’Hernandez a confié aux médias locaux: «Quand je l'ai touché, il a pleuré, a ouvert les yeux et les a fermés. Il a ensuite rouvert les yeux et j'ai dit à ma famille: «mon oncle est toujours en vie».

L’homme âgé est finalement décédé plus tard le même jour.

L'hôpital, qui a prématurément émis un certificat de décès pour le patient, n'a pas encore commenté l'incident. Il prévoit de publier un communiqué de presse ultérieurement. Il reste à savoir si la famille du défunt déposera une plainte contre l’établissement.

Lire aussi:

Documentaire sur Jeanne d'Arc censuré: la polémique gagne l'Assemblée nationale – vidéo
Deux patrouilleurs français envoyés au large de Jersey
Policier tué à Avignon: de nouveaux détails sur la victime et l’opération
«Il me faut beaucoup plus que ça»: cet ancien ministre «n’arrive pas à vivre» avec près de 4.000 euros de retraite
Tags:
décès, Barranquilla, Colombie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook