Ecoutez Radio Sputnik
    Opération chirurgicale (image d'illustration)

    Un Indien se fait retirer un rein de 7,4 kilos

    © Sputnik . Sergey Guneev
    Insolite
    URL courte
    2110
    S'abonner

    Des chirurgiens indiens ont retiré un rein de 7,4 kilogrammes, de la taille d'une boule de bowling, d'un homme souffrant d'une grave maladie génétique, a annoncé lundi un des médecins. Ce rein est un des plus gros jamais retirés lors d'une opération médicale.

    «C'était une énorme grosseur qui occupait la moitié de son abdomen. Nous savions que c'était un gros rein mais n'avons jamais pensé qu'il serait aussi lourd», a déclaré Sachin Kathuria, un membre de l'équipe médicale.

    Le patient de 56 ans, atteint de polykystose rénale autosomique type dominant, a été opéré pendant deux heures à l'hôpital Sir Ganga Ram à New Dehli le mois dernier.

    Un rein normal pèse entre 120 et 150 grammes et mesure environ 12 centimètres de long. Le rein retiré du malade mesurait 45 centimètres et pesait 7,4 kilos, selon M. Kathuria.

    Des précédents

    Selon le livre Guiness des records, le plus gros rein jamais retiré d'un humain, lors d'une opération à Dubai en 2017, pesait 4,25 kilogrammes. 

    Mais l'équipe médicale de l'hôpital de New Dehli dit avoir trouvé des dossiers médicaux faisant état d'un rein de 9 kilogrammes retiré d'un patient.

    La maladie dont souffre l'homme opéré récemment provoque l'apparition de kystes sur les reins. Les médecins ont décidé de l'opérer après avoir repéré une hémorragie interne et un début d'infection.

    Selon M. Kathuria, le patient est désormais en bonne santé et a été placé sous dialyse en attendant l'implantation d'un nouveau rein.

    Lire aussi:

    Un chien se lance dans une bataille mortelle contre des loups pour sauver son ami – vidéo choc
    Une femme enceinte affronte un «énorme» aigle qui attaque son chien
    Un requin tente de pénétrer dans une cage de plongeurs et trouve la mort – vidéo
    Tags:
    Inde
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik