Insolite
URL courte
0 50
S'abonner

Découvert en 1990, la météorite Acfer 094 a fait l’objet d’une étude approfondie par des scientifiques internationaux. Ils ont détecté à sa surface des morceaux de glace pétrifiée depuis la formation de la Terre. Ils espèrent que cette étude leur permettra de mieux comprendre la formation des objets spatiaux dans le Système solaire.

Une équipe de chercheurs japonais, chinois et britanniques a étudié la météorite Acfer 094 découverte en 1990 pour y trouver des morceaux de glace pétrifiée depuis la formation de la Terre. Les résultats de l'étude ont été publiés dans la revue Science Advances.

Les experts ont trouvé à l’aide de la nanotomographie par rayons X que la météorite contenait des orifices minuscules dans lesquels devaient auparavant se trouver des cristaux extrêmement petits de glace. Puis ces cristaux ont fondu avec la lumière et donc la chaleur du soleil.

D’autres preuves

Les chercheurs ont également indiqué qu’ils avaient trouvé des preuves de la formation de minéraux dans ces orifices grâce à l’interaction de l’eau et des matériaux solides qui composaient la météorite. Mais cette découverte a immédiatement soulevé de nouvelles interrogations.

En effet, les chercheurs ont noté que les orifices ne pouvaient contenir suffisamment d’eau pour obtenir la quantité de minéraux trouvée. Ainsi, cela témoignerait de la présence de glace sur la météorite.

Par ailleurs, de nouvelles données suggèrent qu'Acfer 094 faisait initialement partie d'un objet spatial plus grand dont il s'est ensuite détaché. La météorite se serait donc formée dans une zone du système solaire plus éloignée qu'on ne le pensait jusqu'ici.

Lire aussi:

Un prêtre orthodoxe grièvement blessé par balles devant une église à Lyon - vidéos
Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Boris Johnson annonce le reconfinement de l'Angleterre
L’entrée de la grande mosquée de La Mecque défoncée par une voiture – vidéo
Tags:
Royaume-Uni, Japon, Chine, météorite
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook