Insolite
URL courte
246
S'abonner

Un serpent de mer extrêmement venimeux a mordu au doigt un jeune Britannique qui pliait sans gants un filet dans lequel le reptile avait été remonté. Arrivés sur place six heures plus tard, les secours n’ont pas pu le sauver. Il s’agit de la deuxième mort de ce type en Australie.

Un Britannique de 23 ans qui travaillait à bord d’un chalutier-crevettier au large des côtes Bing Bong dans le golfe de Carpentarie, au nord de l'Australie, a été mordu en octobre 2018 au doigt par un krait marin à bandes noires alors qu’il pliait un filet de pêche dans lequel le serpent s’était pris, rapporte le quotidien Metro.

​À bord d’un chalutier, une des pratiques consiste à ramasser les serpents de mer pris dans les filets par la queue pour les jeter à la mer. Mais la victime ne portait pas de gants.

Un de ses compagnons à bord a déclaré mardi 26 novembre au journal australien NT News: «Harry m'a demandé: "J’irai bien?". Je n'étais pas sûr, mais j'ai essayé de le calmer, alors j'ai dit "tout ira bien"».

Selon le journal, son collègue a découvert à quel point ce serpent était venimeux lorsqu'il a cherché sur Google les symptômes de la morsure.

Il était déjà trop tard

Le capitaine du chalutier qui a lancé un appel d'urgence a appliqué un bandage de compression, en vain. Lorsque les médecins sont arrivés sur place, six heures plus tard, l’homme avait perdu conscience et n’a pu être sauvé.

Le krait marin à bandes noires est un serpent hautement venimeux. Il n’attaque habituellement pas l’homme. Le jeune Britannique est la deuxième victime d'une morsure d’un krait marin à bandes noires dans l'histoire de l'Australie.

Lire aussi:

Un chien abandonné et attaché à une cage avec ses chiots retrouvé sur la route – photos
Trump dévoile son plan de paix pour le Proche-Orient, «le plus détaillé» jamais présenté
Un astéroïde géant fonce vers la Terre, un chercheur indique quelles peuvent en être les conséquences
Tags:
serpent de mer, Darwin (Australie), Australie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik