Insolite
URL courte
21348
S'abonner

Réalisant que l’inscription qu’elle venait de découvrir sur une coupure pouvait revêtir une importance particulière pour son auteur, cette employée de banque a décidé de le retrouver à l’aide des réseaux sociaux. Une page tragique de la vie d’une jeune femme lui a alors été révélée.

«C’est le dernier billet reçu de la part de mon père, le 24 mai 2010»: cette phrase rédigée en anglais a récemment été découverte sur un billet de 10 ringgits par Hyza Ezany, employée d’une banque malaisienne.

«Je t’❤ papa», était-il encore noté un peu plus bas. Réalisant que le morceau de papier en question représentait sans doute une valeur particulière pour l’auteur de ces lignes, Hyza Ezany a décidé de le retrouver coûte que coûte.

Optant pour demander de l’aide aux internautes, elle a donc partagé une photo de la coupure en question sur sa page Facebook, priant ses abonnés de la partager pour faire circuler l’information.

Et voilà qu’au bout d’une semaine, alors que la publication a été déjà partagée par des centaines d'internautes, la bonne personne a été retrouvée.

Dernier geste avant sa disparition

Anne Malar Yesudas, l’auteur de cette inscription, n’avait en 2010 que 17 ans. Ce jour-là, son père l’a regardée se préparer pour l’école et, avant qu’elle ne prenne la route, lui a tendu un billet pour ses dépenses. C’était la dernière fois qu’elle voyait son papa: le jour-même, il a trouvé la mort dans un accident.

Depuis, elle gardait ce billet dans son porte-monnaie, jusqu’à ce qu’elle ne se le fasse voler en septembre 2018. Elle avait mal pris la perte du souvenir qui avait une telle valeur pour elle, et par conséquent, le geste de Hyza Ezany a été une très bonne surprise pour elle.

Lire aussi:

Le basketteur Kobe Bryant parmi les victimes d'un crash d'hélicoptère aux États-Unis - vidéos
Un astéroïde géant fonce droit sur la Terre
Un chien intrépide attrape un serpent pour le projeter à travers un pré – vidéo
Tags:
Facebook, message, argent
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik