Insolite
URL courte
141519
S'abonner

Le royaume fictif de Wakanda, issu d’un univers de super-héros, a un temps figuré sur la liste des États partenaires commerciaux de Washington, publiée sur le site du Département américain de l’agriculture, selon les médias.

Un pays imaginaire, le royaume de Wakanda, s’est retrouvé parmi les pays ayant signé un accord de libre-échange avec les États-Unis, ont annoncé les médias.

Selon la chaîne de télévision NBC News, ce royaume fictif à la technologie futuriste sorti tout droit de l'imagination Marvel a été découvert par un collaborateur du Jain Family Institute, Francis Tseng, sur le site du département de l’Agriculture des États-Unis (USDA).

​Le royaume de Wakanda y figurait aux côtés d'une dizaine de pays partenaires des États-Unis, dans un simulateur de calcul de taxes douanières.

«Je n’en croyais pas mes yeux. J’ai lancé une recherche sur Google avant de m’assurer qu’il s’agissait effectivement d’un pays fictif et que je n’avais pas tort», a indiqué M.Tseng, cité par la chaîne de télévision NBC.

Explications officielles

Le département de l’Agriculture a expliqué la présence d’un pays inexistant sur sa liste par la nécessité de tester le fonctionnement du service de calcul de taxes.

«Les informations sur le royaume de Wakanda devaient être supprimées après le test, à présent, c’est fait», a indiqué le représentant du Département, Mike Illenberg.

Le Wakanda est un royaume imaginaire riche en matières premières et gouverné par le super-héros appelé la Panthère noire. L'adaptation des aventures de ce dernier au cinéma a connu un grand succès en 2018.

Lire aussi:

Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Un chien protège un garçon de trois ans perdu dans les bois
La mère de trois enfants saute dans un étang gelé pour sauver un chien – vidéo
La punition qu’un père administre à ses filles qui refusent de porter le voile
Tags:
Internet, département américain de l'Agriculture, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook