Insolite
URL courte
1442
S'abonner

Contrairement à une idée reçue, le fait d’éteindre les lumières au décollage et à l’atterrissage de nuit vise en réalité à habituer les yeux des passagers à l’obscurité en cas d'évacuation d’urgence.

Bien que certains nous assurent que l’on éteint les lumières lors des décollages et atterrissages de nuit pour réduire la consommation électrique en provenance des moteurs, cette mesure s’explique en réalité par d’autres raisons.

C’est bien notre capacité physiologique d’adaptation qui est en cause: si un problème survient pendant le décollage ou l’atterrissage de l’appareil, il faut que la vue de ses passagers soit déjà habituée à l’obscurité extérieure au moment de sauter sur le toboggan. Bref, leur vision doit être optimale pour que l’évacuation se déroule sans encombre.

Éteindre les lumières peut s’avérer également utile dans une situation où le pilote est contraint de couper le courant principal de l’avion à l’atterrissage, après quoi la cabine n’est éclairée que très faiblement. Si les lumières sont éteintes au préalable, l’acclimatation des yeux des passagers à l’obscurité est plus rapide.

Et pourquoi relever les volets des hublots?

Quant à l’obligation de relever les volets des hublots lors d’un atterrissage de jour, la raison en est différente: ce procédé a pour objectif de permettre aux hôtesses et stewards de vérifier quelle sortie de secours est la plus sécurisée pour faire évacuer l’avion en cas d’urgence.

Si un feu se déclare dans une aile où se trouve stocké le kérosène, le personnel de bord doit avoir la possibilité de bien voir ce qu’il se passe à l’extérieur afin de procéder à l’évacuation du côté opposé au danger.

Lire aussi:

Un homme menotté frappé et jeté au sol lors d’une interpellation à Neuilly-sur-Marne – vidéo
Twitter signale un tweet de Trump sur les émeutes de Minneapolis pour «apologie de la violence»
LREM comptabilise sur la loi Avia la voix d’un député décédé il y a des semaines
Tags:
évacuation, passager, sécurité, avions de ligne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook