Insolite
URL courte
9314
S'abonner

Amazon planche sur un système de paiement sans contact, qui fonctionnerait à partir d'un scanner infrarouge analysant notamment les vaisseaux sanguins superficiels. L’entreprise trouve ce système de paiement plus fiable et estime qu’il pourrait remplacer les modes de paiement actuels dans le futur.

La multinationale américaine Amazon a déposé le 26 décembre un brevet afin de révolutionner le système de paiement, aujourd'hui essentiellement lié aux cartes bancaires, rapporte le quotidien USA Today.

​D'après les dessins déposés au Bureau américain des brevets et des marques de commerce (USPTO), l'invention fonctionnerait via un scanner qui analysera les caractéristiques biométriques de la surface de la main et la structure anatomique interne, c’est-à-dire des réseaux veineux, os et tissus. Ce système de scanner sans contact permettrait aux consommateurs d’être identifiés, et donc de payer leurs achats

Ces caractéristiques «seraient associées au compte Amazon du client» afin qu’il «soit débité de cet article» en cas d'achat, indique l’entreprise dans sa demande.

Le système fonctionne grâce à une particularité du corps humain: le caractère unique de la disposition des veines, c’est pourquoi l’entreprise affirme que la méthode est plus fiable et rapide que ce qui existe déjà. Le scan permettrait même, à terme, de remplacer les systèmes traditionnels de paiement par carte.

«Les systèmes traditionnels d'identification des utilisateurs souffrent de plusieurs inconvénients importants, notamment la vulnérabilité à la fraude, la vitesse, la précision et les limites opérationnelles», explique l'entreprise.

Lire aussi:

Une meute de loups dévore un chien et oblige un homme à grimper dans un arbre en centre-ville – vidéo choc
Après son tweet sur Macron au théâtre, Bouhafs dit avoir «une vidéo terrible» du couple en fuite
Cette simple opération mathématique divise les internautes car deux réponses seraient correctes
Tags:
vaisseaux sanguins, États-Unis, Amazon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik