Insolite
URL courte
3224
S'abonner

Trente minutes, un jour et une année d'écart… Au Nouvel An, une femme enceinte a rendu une visite imprévue à l'hôpital, faute de mouvement fœtal. Ses bébés ne devaient pas arriver avant le 19 février. Ils sont ainsi nés avec 30 minutes d’écart à deux années différentes: la fillette est née le 31 décembre et son frère le 1er janvier.

Des jumeaux sont nés à deux années et deux jours différents, rapporte le site américain Indystar. Les faits se sont produits dans l’État américain de l’Indiana.

Selon le média, cet accouchement devait avoir lieu aux alentours du 19 février 2020. Pourtant, au réveillon du Nouvel An, les parents ont commencé à s’inquiéter de ne plus sentir de mouvements des fœtus et ont décidé de se rendre à l’hôpital Ascension St. Vincent dans la ville de Carmel.

Après avoir examiné la femme enceinte, les médecins ont annoncé que l’accouchement aura probablement lieu dans la journée, avec quasiment deux mois d’avance.

D’après le site d’information, la fillette est ainsi née à 23h37 le 31 décembre 2019, et son frère est venu au monde 30 minutes plus tard, le 1er janvier 2020.

La chaîne de télévision WBNS a précisé que les nouveau-nés qui sont ainsi prématurés, se trouvent toujours à l’hôpital, mais ils se portent bien. Ils pourraient y rester encore plusieurs jours.

«Nous nous disions, plus tôt, qu'il serait formidable de les faire naître à des dates différentes», a déclaré le père à plusieurs médias américains. «Mais là c'est une autre surprise: différentes dates et différentes années. Nous sommes toujours un peu sans voix», a-t-il ajouté.

«Nous sommes encore un peu dépassés», a conclu le père.

Lire aussi:

Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Les photos d’un chat-garou affolent la toile - photos
Un véhicule fonce dans la foule en Allemagne: 30 blessés, une enquête pour «tentative de meurtre» ouverte
Tags:
jumeaux, enceinte, accouchement, bébé, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook