Insolite
URL courte
8694
S'abonner

Alors que le passager d’un avion se trouvait en incapacité d’uriner, deux médecins chinois ont fabriqué un dispositif de drainage à partir du matériel trouvé à bord. Sans leur intervention, le vieil homme aurait probablement succombé.

L’histoire remonte au 21 novembre. Deux médecins chinois se trouvant à bord d’un avion reliant Guangzhou à New York ont été amenés à intervenir rapidement pour sauver un passager en urgence médicale. Souffrant d’une hypertrophie de la prostate, l’homme, âgé, était incapable d’uriner. Les docteurs Zhang Hong et Xiao Zhangxiang, dépourvus du matériel nécessaire pour ce genre d’opération, sont néanmoins parvenus à sauver la vie du patient, a rapporté le South China Morning Post.

L’appareil se trouvait à la moitié de ce vol de 13 heures. À l’aide d’un tube de masque à oxygène, d’une aiguille de seringue, d’une paille et de ruban adhésif, ils ont fabriqué un cathéter de fortune.

Cependant, à cause de la différence insuffisante de pression atmosphérique, l’urine ne s’écoulait pas. Le docteur Zhang s’est alors mis à siphonner à la bouche le contenu de la vessie du patient, qu’il recrachait ensuite dans une tasse. À mesure que le processus avançait, l’homme se rétablissait.

Les médecins récompensés

Sans cette intervention rapide, la vie du patient se trouvait en danger, a déclaré le docteur Hong au site d’information chinois ChainNews. Les hôpitaux respectifs où travaillent les deux hommes ont décidé de leur remettre des prix. Le docteur Zhangziang a reçu celui de l’art et de la vertu, en plus d’une récompense de 100.000 yuans (12.942 euros).

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
La vague épidémique est «extrêment élevée» et les jours à venir vont être «difficiles», alerte Édouard Philippe
Tags:
uriner, New York, Guangzhou, vol, médecine, sauvetage, avion
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook