Insolite
URL courte
1234
S'abonner

Une Britannique qui se croyait enceinte car son ventre croissait rapidement a été terrifiée d’apprendre qu’elle avait un kyste ovarien de plus de six kilogrammes.

La Britannique Katie Holmes a pris un kyste cancéreux de 6,4 kilogrammes pour une grossesse, relate le journal The Sun, revenant sur des événements d’il y a trois ans.

Pour la première fois, la jeune femme s’est sentie mal en septembre 2016 alors qu’elle avait 19 ans et travaillait dans une station-service.

«Je souffrais de fortes douleurs et mes règles se sont arrêtées», a-t-elle raconté.

Des visites médicales sans résultats concrets

Tout au long des mois de septembre et octobre, elle a rendu plusieurs visites à des médecins car d'innombrables tests de grossesse avaient confirmé que Katie n'était pas enceinte.

À cause de son ventre rond, les gens lui offraient leurs sièges dans les transports en commun et lui posaient des questions sur sa date d'échéance.

Les médecins ont finalement découvert que Katie avait un kyste ovarien pesant 6,35 kilogrammes, autant que des jumeaux.

Une intervention réussie

Les tests ont révélé que le kyste contenait des tissus cancéreux. En janvier 2017, elle a subi une intervention pendant laquelle les médecins ont réussi à retirer toute la masse avec l'un de ses ovaires avant que le cancer ne se propage.

Mère heureuse

Plus tard, elle a été ravie d’apprendre qu’elle était cette fois-ci bel et bien enceinte et en avril 2018 elle a donné naissance à une fille du nom d’Ava.

«Je n'ai jamais été aussi heureuse, elle est juste incroyable et je suis tellement contente que mon kyste cancéreux ne m'ait pas empêché de devenir maman après tout cela», a confié la mère heureuse au Sun.

Lire aussi:

Un très fort bruit d’explosion entendu à Paris et en Île-de-France
L'épidémie de Covid-19 repart à la hausse en France avec plus de 12.800 nouveaux cas
Détonation entendue à Paris: pourquoi l’avion de chasse a-t-il été mobilisé?
Tags:
grossesse, tumeur, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook