Insolite
URL courte
195
S'abonner

Un ours de l'Himalaya a été placé dans un refuge pour animaux sauvages lorsque son poids a dépassé de 45 kilogrammes la norme. Alertés, les spécialistes ont pris au sérieux la condition physique de l'animal et l’ont mis au régime. Bien qu’il mange désormais des fruits et légumes, le sport ne l’inspire pas beaucoup...

L’ours Dillan s’est retrouvé dans le refuge pour animaux sauvages Wild Animal Sanctuary du Colorado, fin janvier 2019, écrit The Dodo. Jusqu'à ce qu'il soit secouru, Dillan avait passé sa vie à l'intérieur d'un petit enclos en béton dans un zoo au bord de la route en Pennsylvanie. Sans espace pour faire de l'exercice, l'ours a rapidement pris du poids et a fini par être deux fois plus gros qu'il ne devait l'être.

«Il est littéralement en surpoids de 100 livres [45 kilogrammes, ndlr]», a déclaré à The Dodo Kent Drotar, directeur des relations publiques du refuge. «Son ventre pend au sol.»

Une obésité néfaste

Le surpoids a nui à la santé de Dillan, notamment à ses chevilles et ses pieds, il se déplace difficilement. Toutefois, les employés du refuge sont déterminés à l'aider à perdre ses kilos en trop et l’ont mis au régime des légumes et fruits.

Dillan n'est pas trop enthousiaste à l'idée de faire de l'exercice, raconte le magazine. Au lieu de cela, il se détend dans son nouvel enclos. Contrairement à son ancienne maison située à côté d'un champ de tir, le sanctuaire est l'endroit idéal pour Dillan pour faire une sieste.

«[Il] semble juste profiter de la paix et de la tranquillité et d'une manière très détendue s'endormir tout au long de la journée», a déclaré Drotar. «Il est tombé amoureux des hamacs faits avec des tuyaux d’incendie que nous utilisons pour nos animaux.»

Lire aussi:

Alerte à la bombe: l’Arc de triomphe évacué - images
Le Président algérien Tebboune hospitalisé
Covid-19: des «super-contaminateurs» dans la nature? Un médecin appelle à changer la politique de test
Tags:
animaux, refuge, surpoids, obésité, ours
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook