Insolite
URL courte
Par
8425
S'abonner

Sébastien Blandin prépare un long road trip depuis la France: 40.000 km aller-retour, sans bateau ou avion à prendre. Son terminus? Il est à l’extrême pointe de l’Extrême Orient, à Magadan, un port maritime de Sibérie orientale. L’itinéraire de ce lorrain fou de voyage à moto suit la Route des os, construite par les prisonniers du Goulag.

Sébastien Blandin avoue avoir eu «un gros coup de cœur pour la Russie» lors de son voyage en juin 2018, quand il est monté au Cap Nord, en Norvège, en redescendant par la Russie. Mais, cette année, ce technicien d’une usine d’électricité en Lorraine est attiré par les terres lointaines, au sinistre halo stalinien: la tristement célèbre Route de Kolyma, aussi appelée Route des os, construite par les zeks, les prisonniers du Goulag, qui relie Iakoutsk à Magadan.

«Mes collègues sont intrigués par ce désir de passer trois mois en moto en Russie. Mais ils trouvent que c’est un beau projet», confie Sébastien Blandin à Sputnik.
  • Les difficultés du road trip sibérien ne font pas peur à Sébastien Blandin
    Les difficultés du road trip sibérien ne font pas peur à Sébastien Blandin
    © Photo. Sébastien Blandin
  • Le but, quand je roule, est de découvrir le pays, son histoire, dit à Sputnik Sébastien Blandin
    "Le but, quand je roule, est de découvrir le pays, son histoire," dit à Sputnik Sébastien Blandin
    © Photo. Sébastien Blandin
  • Sébastien Blandin a trouvé «sympa» son premier passage par la Russie
    Sébastien Blandin a trouvé «sympa» son premier passage par la Russie
1 / 3
© Photo. Sébastien Blandin
Les difficultés du road trip sibérien ne font pas peur à Sébastien Blandin

Les baroudeurs connaissent bien le livre culte de Kim Hoang, «Magadan» qui a reçu le Prix Pierre Loti. Mais la description des difficultés à franchir ne fait-elle pas peur à notre baroudeur? Comment s’y préparer?

«Cela fait plus de 20 ans que je voyage à moto, précise Sébastien Blandin. Je ne suis pas trop inquiet au sujet de ma moto, de ma forme ni sur l’itinéraire. Après mes deux voyages en Russie, où je me suis senti vraiment à l’aise, j’ai envie d’y passer plus de temps.»

© Photo. Département du tourisme de Saint Pétersbourg / Photo Nik Grigoryev
Qui va loin ménage sa monture! Sébastien a trouvé «sympa» son premier passage en Russie, avec ses 10.000 km en un mois; il lui a apporté son lot de connaissances des spécificités locales. Pour son voyage en 2020, Sébastien Blandin avait besoin d’une moto fiable et simple, pour faire de longues journées de route, ainsi que de difficiles journées de piste. Il a donc trouvé une Yamaha Ténéré 700, une moto d’aventure, qu’il continue à équiper pour le périple sibérien... 40.000 kilomètres au total! Avec quand même une balise de détresse GPS dans ses sacoches, en «essayant de ne pas faire de kamikaze et d’éviter les ours».

«Je rentre de Magadan également en moto… Ça me fera moins cher que la ramener en camion», assure Sébastien Blandin.

Puis, s’est posée la question du visa: un visa pour la Russie est valable un an, mais on ne peut passer que 90 jours en tout en Russie. Sébastien pense en profiter pour visiter le Kazakhstan, le Kirghizistan, la Mongolie… tout ça au gré des humeurs et de la providence.

Et le coronavirus, alors?

«Pour l’instant, la Chine a fermé toutes ses frontières, mais pour mon trajet, cela ne change rien, estime Sébastien Blandin. Je verrai quand on se rapprochera de la date de départ ce qu’il faut modifier ou les adaptations à faire».

Sur son site dédié aux voyages à moto, Sébastien Blandin prévient: «Faites bien attention avec les mises en garde “bienveillantes” sur la Russie, oubliez-les vite pour aller voir de vous-même!» Pourtant, Sébastien a eu un moment «très inquiétant», quand il a perdu en route sa carte d’immigration, sans «savoir quels problèmes ça pourrait apporter». Inquiétudes vaines, puisque l’administration de l’hôtel l’a «aidé à avoir un duplicata en 24h». En espérant que cela ne devienne pas une marque de fabrique: l’année dernière, il s’est rendu compte au millième kilomètre qu’il avait oublié les papiers de sa moto en France... my God! «Pour voyager en Russie, je compte environ 50 euros par jour, précise l’aventurier. Ça dépend si on campe ou on prend un hôtel pas cher.»

«Lors de mes voyages, j’aime surtout rencontrer les gens, raconte Sébastien Blandin. Le but, quand je roule, c’est de découvrir le pays, son histoire. Volontairement, je ne prévois pas d’itinéraire fixe. Je me garde la possibilité de m’arrêter à un endroit, de pouvoir suivre quelqu’un, de voir comment on vit en Sibérie.»

Ce n’est pas pour autant que Sébastien Blandin part à l’aventure: depuis 2010, il entretient ses contacts avec des motards russes. Un Moscovite l’accueille dans la capitale russe, un criméen le retrouve près du lac Baïkal… pour faire la Route de Kolyma ensemble jusqu’à Magadan. Une prudence nécessaire pour «les routes difficiles, où il vaut mieux être à deux».

«J’apprends le russe, parce que je trouve la langue intéressante, conclut Sébastien Blandin. Mais je crains de ne pas avoir un assez bon niveau pour le voyage.»

Lire aussi:

Un Bordelais poignardé au cœur en pleine rue pour avoir demandé à des jeunes de ne pas uriner sur un mur
La Turquie pose un ultimatum à l'armée de Khalifa Haftar
Un charmant petit golden retriever dort dans une gamelle – vidéo
Un cortège de mariage tourne au rodéo sauvage dans le Nord - photos
Tags:
Extrême-Orient, motard, moto, Magadan, Sibérie, Russie, voyages
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook