Insolite
URL courte
179
S'abonner

Le ministre de la Santé du Pays de Galles s’est lâché en pleine vidéoconférence avec d’autres responsables politiques, sans savoir que son micro était toujours ouvert. Il a plus tard présenté ses excuses à la personne critiquée.

Mercredi 22 avril, Vaughan Gething, ministre de la Santé du Pays de Galles, a appris à ses dépens qu’il valait mieux penser à couper son micro avant de passer à une autre conversation. Confinement oblige, il participait à une réunion virtuelle via Zoom avec d’autres membres du gouvernement. Alors qu’il se trouvait toujours en ligne avec ses collègues, il a vulgairement critiqué une élue locale de son parti travailliste, Jenny Rathbone.

L’homme politique avait visiblement laissé son microphone de côté mais se trouvait toujours dans la même pièce, au téléphone. «C’est quoi son p*tain de problème?», a-t-il lancé, sans savoir que ses collègues, de même que la personne qu’il évoquait, pouvaient toujours l’entendre.

D’après le Guardian, il se plaignait des questions posées par sa collègue un peu plus tôt lors de la session.

Elin Jones, qui modérait la réunion, a tenté de sauver les meubles. «Je pense que Vaughan Gething doit éteindre son micro», a-t-elle répété, tentant ainsi de couvrir la voix du ministre. Les autres responsables semblaient à la fois choqués et amusés de la situation, a décrit le quotidien.

Il présente ses excuses

Le soir-même, l’élu a présenté ses excuses sur Twitter à Jenny Rathborne, à qui il a proposé de discuter ensuite par téléphone. Il s’est dit «embarrassé» par ses commentaires vulgaires et regretter «une distraction malvenue en ces temps de défi sans précédent». Le parti de l’opposition Plaid Cymru l’a invité à démissionner.

Lire aussi:

«Cent fois pire»: un nouveau virus prédit pour l’humanité
Trump déclare que la mouvance antifa sera reconnue comme organisation terroriste
Mort de George Floyd: il menace des manifestants avec un arc et un couteau à Salt Lake City - vidéos
Tags:
confinement, excuses, bourde, insulte, microphone, vidéoconférence, ministre
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook