Insolite
URL courte
1103
S'abonner

L’aquarium Sumida de Tokyo s’est adressé aux amoureux des animaux avec une demande très particulière: toute personne est invitée à communiquer à l’aide d’une application vidéo avec des anguilles jardinières que l’établissement abrite et qui, à cause du confinement, ont commencé à oublier l’apparence des humains.

Fermé depuis début mars aux visiteurs à cause de l’épidémie de Covid-19, l’aquarium Sumida à Tokyo a lancé sur son compte Twitter «une demande urgente» pour aider ses anguilles jardinières à se rappeler les visages humains.

Les employés de l’établissement sont notamment préoccupés par le fait que les poissons serpentiformes ne voient personne à l’exception des gardiens, et pour cette raison ont commencé à oublier les humains.

«En particulier, les anguilles jardinières disparaissent dans le sable et se cachent à chaque fois que les gardiens passent», indique l’aquarium, ajoutant que la nature hypersensible des animaux rend difficile la surveillance de leur santé.

Effectivement, dans la vidéo qui accompagne le tweet, il est possible de voir les petits poissons se cacher à l’approche de la caméra.

​«Pourriez-vous montrer votre visage à nos anguilles jardinières depuis votre maison?»,  demande l’établissement, s’adressant aux amoureux des animaux.

Pour cela, l’aquarium propose d’utiliser l’application FaceTime sur iPhone et iPad, ce qui a déçu certains utilisateurs des appareils Android qui voulaient eux aussi saluer les animaux.

L'aquarium envisage de recevoir les appels jusqu’au 5 mai. Les gens sont invités à montrer leur visage, à saluer et à parler aux anguilles à la seule condition de ne pas élever la voix pour ne pas faire peur aux animaux.

Lire aussi:

Etrange ballet d’objets lumineux dans le ciel d’Alger
La Russie proscrit l'hydroxychloroquine contre le Covid-19
Nouvelle menace iranienne: «Israël peut être détruit en une seule opération»
Décrue de l’épidémie: le miracle Macron a-t-il eu lieu?
Tags:
Japon, anguille, poisson
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook