Insolite
URL courte
2213
S'abonner

Il y a 140 ans, un ouvrier travaillant pour la Maison Gautier a été payé avec des produits de l’entreprise, à savoir des bouteilles de cognac. Aujourd’hui, ses descendants peuvent vendre l’une de ces bouteilles produites en 1762 pour 200.000 dollars, écrit la presse britannique.

En 1880, quand l’invasion du phylloxéra de la vigne a «anéanti» les vignobles européens, un ouvrier de la distillerie ayant travaillé pour la Maison Gautier pendant 10 ans a été payé pour son travail avec des bouteilles de cognac, dont trois ont été produites en 1762, selon l'agence PA. Aujourd'hui, le prix de l'une de ces bouteilles de l'ancienne entreprise de production de cognac peut atteindre 200.000 dollars (185.000 euros), est-il indiqué.

Avant de mettre la bouteille aux enchères, les descendants de l’homme l’ont gardée pendant 140 ans.

À l’époque, la famille de l’ouvrier a décidé de garder pour les générations à venir trois bouteilles du chariot qu’il avait reçu en tant que rémunération. Ainsi, deux bouteilles de cognac ont déjà été vendues en 2014. Comme elles étaient plus petites que la bouteille qui sera mise aux enchères prochainement, leur prix s'élevait à 58.000 dollars (53.600 euros).

Toujours un bon goût

Cité par l’agence, Jonny Fowle, expert en matière d’alcool travaillant pour Sotheby’s, multinationale américaine de vente aux enchères d’œuvres d’art et d'objets de collection, affirme que le cognac dans cette bouteille peut toujours avoir bon goût.

«Nous pouvons supposer que le taux d'alcool est assez élevé et cela aurait agi comme conservateur pendant des centaines d'années. Le liquide dans la bouteille aurait conservé son caractère», a-t-il affirmé cité par le média.

Lire aussi:

Malgré les avertissements, un tiers des Français prévoient de «partir» pour Noël
Ces 25 propriétaires du 93 ont appris par simple lettre qu’ils étaient expropriés
Plusieurs villages français seront privés d’Internet à cause de la 5G
Tags:
vente aux enchères, alcool, cognac
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook