Insolite
URL courte
41318
S'abonner

Depuis huit mois, un quartier riche du nord de Londres vit dans la terreur à cause d’un chat qui chasse des animaux de compagnie, affirme une habitante. Des policiers et un hélicoptère ont été mobilisés pour trouver le félin.

Un chat Savannah extrêmement rare terrorise un quartier riche du nord de Londres depuis huit mois, tuant des animaux de compagnie de personnes aisées, rapporte le quotidien Metro.

​Selon une habitante du quartier, le félin a tué son chaton et des pigeons dans son jardin.

«Le chat Savannah est venu 10 fois. Il a effrayé l’un de mes chatons. C'était il y a trois mois. Puis le chaton a disparu. Huit semaines plus tard, il a été retrouvé mort sur la route», raconte-t-elle au quotidien.

Elle pense que l’animal se cache dans un manoir abandonné et qu’il s’agit du même chat qui a terrorisé en septembre une famille de Hampstead, toujours dans le nord de Londres.

Des inquiétudes qui ont poussé la police à déployer la semaine dernière des agents et un hélicoptère pour trouver l’animal. Mais les officiers ont depuis réduit leurs recherches, affirmant qu’il n’y avait «aucun danger» pour les habitants. L’identité du propriétaire du félin n’a toujours pas été établie.

Les chats Savannah

Les hybrides Savannah de première génération appelés F1 sont extrêmement rares et peuvent se vendre plus de 5.500 euros. Ils nécessitent une licence spéciale, ce qui n’est pas le cas pour les hybrides de deuxième et troisième générations, bien qu'ils soient extrêmement coûteux.

Pesant entre six et 14 kilos, et mesurant jusqu'à 40 centimètres au garrot, le chat Savannah se caractérise par son corps imposant, son long cou, sa tête triangulaire et ses larges oreilles.

Lire aussi:

Une boulette de BFM TV fait voir rouge à Jean-Luc Mélenchon
Une photo de nouveaux élus faisant des doigts d’honneur déclenche un scandale dans l'Oise
Ce légume est le plus utile pour la santé, affirme un docteur russe
Assassinat du Président algérien Boudiaf: «la prophétie» qui contredit la thèse officielle
Tags:
chats, Londres, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook