Insolite
URL courte
3126
S'abonner

Après avoir pondu des œufs sur un îlot le long du canal de Manchester-Bolton et Bury au Royaume-Uni, un cygne femelle a été retrouvé mort en début de semaine dernière. Selon des défenseurs des animaux, l’abandon par son partenaire et la destruction de son nid en sont les raisons. Un seul œuf sur six a survécu.

Des défenseurs des animaux affirment qu’un cygne femelle est mort «d’un cœur brisé» après la séparation avec son partenaire et la destruction de son nid qui se trouvait le long du canal de Manchester, près de Bolton, au Royaume-Uni, rapporte le Manchester Evening News.

​Un groupe d’adolescents a été vu le 20 mai à Kearsley en train de lancer des briques et des pierres en direction de l’îlot où l’oiseau avait pondu ses œufs. Seuls trois des six œufs ont survécu.

Les militants de la protection de la faune qui surveillaient les cygnes et le nid indiquent que le cygne mâle est parti il y a environ deux semaines et n’est pas revenu depuis. Selon eux, ce départ est lié au stress. Un témoin rapporte que deux autres œufs ont ensuite été détruits par des chiens qui ont attaqué le cygne. Il n’en reste donc plus qu’un.

Le cygne femelle a été retrouvé mort dans son nid en début de semaine dernière.

Une enquête ouverte

«Je ne peux pas dire grand-chose», confie au quotidien un militant pour la protection de la faune avant d’ajouter: «Elle est probablement morte le cœur brisé, car elle avait un partenaire pour la vie et il a été chassé par le stress».

La Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (RSPCA) enquête sur l’incident. Les cygnes, leurs nids et œufs sont protégés par la loi de 1981 sur la faune et la flore sauvages.

Lire aussi:

Des policiers visent la foule lors d’un contrôle de masque qui dégénère à Paris - vidéo
Une rixe entre militaires et policiers se termine par deux blessés et trois gardes à vue
Assassinat du général Soleimani: Téhéran dévoile ceux qui seront ciblés par vengeance
Tags:
Manchester, Royaume-Uni, cygnes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook