Insolite
URL courte
2135
S'abonner

Une bâtisse gothique du XIXe va passer sous le marteau du commissaire-priseur, avec une mise à prix d’un peu moins de deux euros. Le manoir nécessite néanmoins d’être rénové.

La propriété va être mise aux enchères pour une livre sterling (1,1 euro), indique le site du National Property Auctions. Situé sur la côte est de l’Écosse, ce manoir de style gothique a été bâti au XIXe siècle.

La bâtisse s’élève sur deux étages et a été classée en catégorie A par les autorités, regroupant les «bâtiments d'importance nationale ou internationale». La propriété possédait jadis un permis de construire pour être convertie en six appartements et cinq maisons mitoyennes, mais l’opération ne s’est pas réalisée, rapporte le site de ventes aux enchères.

Le manoir est l’œuvre d’un célèbre architecte écossais, William Leiper, connu pour avoir conçu plusieurs édifices religieux et commerciaux, comme la fabrique de tapis de Templeton, qui rappelle le palais des Doges de Venise.

Sur le registre des bâtiments à risques

Le prix très bas de mise en vente s’explique néanmoins par le mauvais état de la propriété, qui est même classée sur le registre des bâtiments à risques. Tel quel, le manoir est donc «impropre à l’occupation», et nécessite des travaux de rénovation, comme l’indique la directrice générale du National PropertyAuctions au Daily Record.

«Cette propriété est une opportunité énorme pour un promoteur de redonner au bâtiment son ancienne gloire», explique-t-elle au tabloïd.

La vente aux enchères se termine le 17 juillet à 11h00.

Lire aussi:

Plus de 15.000 nouveaux cas de Covid-19 dénombrés en France en 24 heures
Voici ce que l’on risque en publiant son QR Code de vaccination sur Internet
«Nous n'avons jamais eu de problèmes avec nos voisins»: deux adolescents brûlés au cocktail Molotov à Jaffa
Effondrement d'un bâtiment abritant plusieurs médias internationaux à Gaza sous les frappes israéliennes - vidéo
Tags:
patrimoine culturel, enchères, manoir, Écosse
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook