Insolite
URL courte
2422
S'abonner

Une succession d'actes de négligence a coûté la vie à une nouveau-née dans la ville indienne de Gogunda (État du Rajasthan). Elle était présumée morte mais a pleuré pendant son enterrement, avant de succomber plus tard, relate le Times of India.

La négligence du personnel médical a coûté la vie à un bébé nouveau-né dans l'État indien du Rajasthan, rapporte le Times of India.

La belle-mère de la femme qui avait accouché d'une fille jeudi 9 juillet a raconté que l'infirmière de l'équipe assistant à l'accouchement avait décidé que la nouveau-née était morte, l'avait recouverte avec un sac en plastique et l'avait remise à sa mère.

La famille lui a fait confiance et a récupéré le corps pour l'enterrement. Mais alors que son père et un autre parent creusaient sa tombe, le bébé s'est mis à pleurer.

Les parents sont revenus au centre médical où les médecins ont appelé une ambulance pour transporter le bébé dans l'hôpital de district. Le véhicule n'est arrivé qu'une heure et demie plus tard au moment où l'état du bébé s'était détérioré, entraînant sa mort.

Les parents accusent, les médecins se justifient

Les parents de l'enfant mort accusent le personnel médical de négligence. Les médecins affirment qu'ils n'ont pas constaté la mort du bébé et que les parents l'ont emporté à leur insu. Un membre du personnel a signalé qu'il s'agissait d'un enfant prématuré et que de tels enfants ne commencent pas à pleurer immédiatement.

Fin mai, l'Indian Express avait annoncé qu'un enfant vivant avait été enterré par erreur dans l'État du Gujarat. Le lendemain matin un passant avait découvert un bébé hurlant qui était recouvert de terre.

Lire aussi:

Deux suppositoires par jour: l’Institut Pasteur de Lille teste un médicament contre le Covid
Financement libyen: après avoir violé son contrôle judiciaire, Mimi Marchand incarcérée
Une rave party de plus de 1.000 fêtards dégénère à Redon: main arrachée, tirs de LBD - images
Tags:
enterrement, bébé, Inde
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook