Insolite
URL courte
Par
8257
S'abonner

Des pêcheurs canadiens ont découvert avec surprise dans leurs filets un poisson étrange: un bec d’oiseau, deux grands yeux ronds, des nageoires ressemblant à des ailes et une épine dorsale chargée de venin.

Dans leurs filets, un pêcheur et ses amis ont remonté mi-août au large de la province canadienne de Terre-Neuve-et-Labrador un poisson qu’ils n’avaient jamais vue jusqu’alors.

«On aurait dit qu'il avait des ailes et que son nez était comme du caoutchouc. Je pense que c'était du cartilage», raconte le pêcheur à CBC.

L’homme a pris quelques photos et en a posté une sur Facebook pour voir si quelqu'un pouvait identifier la créature. Il s’est avéré que c’était une chimère à long nez qui vit dans les profondeurs de l’océan.

«On ne savait pas qu'il avait une épine dorsale avec du venin. Pour nous, c'était juste un poisson et on le manipulait à mains nues!», poursuit-il.

Pourquoi une chimère

Le biologiste marin Carolyn Miri a par la suite expliqué à la chaîne que les chimères à long nez sont proches des requins et des raies et sont effectivement des poissons cartilagineux.

Ils évoluent à une profondeur allant de 200 à 1.000 mètres, mais peuvent descendre jusqu'à 3.000.

La scientifique rappelle que «chimère» est un mot grec signifiant monstre mythique, qualificatif qui correspond à merveille à l’apparence du poisson en question.

«Il a un long museau pointu. Ses yeux verts brillants lui donnent cet effet surréaliste et font penser à un monstre», souligne-t-elle.

D’après elle, le poisson est mort en remontant vers la surface, car comme plusieurs espèces du genre, il ne peut survivre au changement de pression.

Lire aussi:

Caricatures: Macron se prononce pour la première fois depuis la polémique sur ses propos
Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Un homme attaque des policiers au centre de Moscou, il y aurait des blessés
Un commerçant de Nîmes interdit l’entrée de son magasin aux femmes voilées
Tags:
chimère, Atlantique, créature, Canada
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook