Insolite
URL courte
3223
S'abonner

Embarqué sur un voilier pour un voyage autour du monde, un teckel a finalement été séparé de ses propriétaires, forcés de rentrer chez eux quand la pandémie s’est déclarée. Le chien a par la suite dû voyager entre l’Amérique et l’Australie pour retrouver les siens.

Un teckel s’est retrouvé bloqué aux États-Unis durant la pandémie, alors que ses propriétaires rentraient en Australie; il a néanmoins pu les retrouver après un périple de plus de 15.000 km, rapporte CNN.

Baptisé Pip, l’animal voyageait en effet sur le bateau de ses maîtres, partis faire un tour du monde en voilier, lorsque la pandémie de Covid-19 a débuté. Avec la fermeture des frontières, les propriétaires de Pip ont dû renoncer à leur projet maritime pour rentrer en Australie. Ils leur a fallu accoster en urgence en Caroline du Sud, puis faire leurs valises en moins de 48 heures pour pouvoir rentrer au pays des kangourous.

Malheureusement, les règles strictes quant aux voyages des animaux de compagnie vers l’Australie ont forcé ses propriétaires à laisser Pip en arrière. Ils ont donc été obligés de louer une voiture et de faire huit heures de route vers la Caroline du Nord, afin de laisser Pip entre les mains d’une personne de confiance.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par No Plans Just Options (@noplans.justoptions) le

Vol vers l’Australie

Les maîtres de Pip pensaient par la suite pouvoir revenir chercher eux-mêmes leur fidèle teckel en Amérique, mais avec l’expansion de l’épidémie, le projet est vite devenu irréaliste. Il a donc fallu trouver un moyen pour rapatrier l’animal en Australie.

Zoe Eilbeck, propriétaire du chien, a été confrontée à de nombreuses tracasseries administratives pour pouvoir faire revenir son animal de compagnie par avion, alors même que la pandémie paralysait le pays.

«Pour faire sortir un chien d'Amérique, vous devez obtenir une déclaration américaine indiquant que le chien est en bonne santé et qu'il a subi des analyses de sang particulières liées à la rage […] Cela se faisait à New York, qui était maintenant fermé […] C’était extrêmement difficile», explique-t-elle à CNN.

Quant Zoe Eilbeck a enfin reçu un permis de voyage pour Pip, le transporteur national australien Quantas a annoncé qu’il n’accepterait plus de convoyer les chiens. Il a donc fallu trouver un nouveau plan de vol pour Pip, via la Nouvelle-Zélande.

Mais le voyage ne pouvait se faire que depuis Los Angeles, de l’autre côté de l’Amérique. Zoe Eilbeck s’est donc mis en quête d’une personne pouvant accompagner Pip de la côte est à la côte ouest, afin qu’il puisse prendre son avion vers la Nouvelle-Zélande. Une employée d’une association d’aide aux animaux s’est finalement portée volontaire.

Pip a ainsi voyagé de Caroline du Nord jusqu’à Los Angeles, puis de Los Angeles jusqu’en Nouvelle-Zélande, et enfin de Nouvelle-Zélande en Australie, pour un périple de plus de 15.000 km. L’animal a été placé en quarantaine à son arrivée, avant de retrouver ses propriétaires.

La famille Eilbeck a posté des photos des pérégrinations de Pip sur son compte Instagram.

Lire aussi:

Polémique: la chaîne française M6 s’attire les foudres des Maghrébins
Pour le Pr Raoult, l'épidémie actuelle est «une autre maladie» qui «n’a rien à voir» avec celle de mars-avril
Enedis veut couper l'électricité de Bernard Tapie: «Ce qu'ils veulent, c'est ma peau»
Tags:
teckel, Nouvelle-Zélande, Australie, chiens, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook