Insolite
URL courte
3922
S'abonner

Alors qu’il surfait près de la plage de Greenmount en Australie, un homme de 46 ans a été attaqué le 8 septembre par un requin. Grièvement blessé à une jambe, il a été déclaré mort quelques minutes plus tard par les secours arrivés sur place. Il s’agit de la première attaque de requin au large de cette plage depuis 1958.

Un agent immobilier de 46 ans passionné de surf a été victime d’une attaque de requin mortelle mardi 8 septembre au soir au large de la plage de Greenmount sur la Gold Coast, en Australie, rapporte 7 news.

Publiée sur YouTube, la vidéo montre l’homme s’adonner à sa passion au milieu d’une quarantaine de surfeurs lorsque le prédateur l’attaque. Grièvement blessé à une jambe, il a été déclaré mort par les secours arrivés sur les lieux quelques minutes plus tard.

Un témoin a indiqué à la chaîne ABC News que le requin a pu être attiré par un banc de poissons au milieu duquel se trouvait la victime. L’espèce de requin n’a pas officiellement été identifiée.

Première attaque mortelle depuis 1958

L'attaque a choqué les habitants car la plage de Greenmount a des lignes de tambour et fait partie de celles de la Gold Coast à être équipée de filets anti-requin.

Dans un communiqué, le ministère de l'Agriculture et des Pêches du Queensland déclare que l'équipement ne fait que «réduire les risques mais ne constitue pas une barrière impénétrable entre les requins et les humains».

Selon 7 news, il s'agit de la première attaque de requin sur la Gold Coast depuis qu'un surfeur de 20 ans a reçu des blessures non mortelles à Nobbys Beach en 2012, et la première attaque mortelle de requin sur une plage de Gold Coast depuis 1958.

Lire aussi:

Une rixe entre militaires et policiers se termine par deux blessés et trois gardes à vue
Des policiers visent la foule lors d’un contrôle de masque qui dégénère à Paris - vidéo
Assassinat du général Soleimani: Téhéran dévoile ceux qui seront ciblés par vengeance
Tags:
surf, requins, Australie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook