Insolite
URL courte
64613
S'abonner

Près de deux tonnes pour plus de cinq mètres. Un grand requin blanc s’en est pris à une cage avec trois touristes à l’intérieur au large de la Guadeloupe comme le montre une vidéo publiée par un expert.

Dans le cadre d’une expédition exclusive qui permet aux touristes de plonger parmi les plus grands requins blancs du monde, un incident s’est produit. L’organisateur de ces tours, l’expert Jimi Partington, vient de publier une vidéo filmée au large de la Guadeloupe l’année dernière. La séquence montre un grand requin blanc planter ses dents dans la cage renfermant trois plongeuses.

«Dans ce cas particulier, aucun appât n'a été utilisé. L'animal était simplement curieux», explique l’expert auprès du portail LADbible.

Une femelle de deux tonnes

Il s’agissait d’une femelle de près deux tonnes mesurant plus de cinq mètres que les experts avaient déjà observée. Ils l’ont surnommé «Bullet» (balle) en raison d’un signe distinctif sur sa nageoire dorsale qui ressemble à un impact de balle.

«C’est l’un des plus grands requins blancs que vous puissiez rencontrer», poursuit M.Partington.

«Elle a pris goût à l'un des flotteurs de la cage qui est attaché au côté et a utilisé sa mâchoire pour tester et découvrir par elle-même ce qu'était cet objet», raconte-t-il.

L’incident se termine lorsque «Balle» perd visiblement tout intérêt pour la cage et s’en va.

Les trois femmes présentes dans la cage n’ont pas été intimidées par le comportement de l’animal, précise M.Partington. Selon lui, la sécurité des touristes est primordiale lors de ce type de plongée, les cages étant équipées pour ce type de «rencontres».

Lire aussi:

Au moins deux morts et plus d'une dizaine de blessés en Allemagne où une voiture a heurté des piétons - images
Macron indique à quelle période aura lieu la première campagne de vaccination en France
Ces armes russes qui font de l’Algérie une puissance militaire régionale
Tags:
plongeurs, plongée, Guadeloupe, animaux, requins
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook