Insolite
URL courte
0 60
S'abonner

Un chasseur chassé. Alors qu’il pratiquait la chasse sous-marine au large de Grand Bahama, un homme est devenu la proie d’un requin de récif d’au moins trois mètres qui lui a happé une main, écrit le journal The Tribune.

C’est au large de Grand Bahama, aux Bahamas, que le chasseur sous-marin Anthony Feaster a été attaqué par un requin de récif. Cité par The Tribune, l’homme assure que le prédateur faisait entre 3 et 3,6 mètres. 

Il explique que le squale a surgi de nulle part et l’a saisi au poignet. Si Anthony a réussi à prendre la fuite, il s'est déchiré un tendon et présente plusieurs autres traumatismes.

«J'ai senti quelque chose s’agripper à mon [poignet] et j’ai instinctivement commencé à me battre. Je me souviens avoir retiré ma main de sa gueule», témoigne l’homme.

Fister est parvenu à regagner le canot où son compagnon l’attendait. Le temps d’arriver à l’hôpital, il a perdu beaucoup de sang.

«J'ai perdu beaucoup de sang. Il y avait beaucoup de sang dans l’embarcation. Je ne sais pas comment je suis resté vivant après avoir perdu cette quantité de sang», poursuit-il.

Il songe déjà au retour

L’homme espère qu’une fois rétabli il pourra reprendre la chasse. «Je ne peux pas dire que je n’ai pas peur des requins, mais pas au point de ne plus mettre un pied dans la mer. Je le fais pour gagner ma vie».

Les requins de récif peuvent être rencontrés dans l'Atlantique ouest et en mer des Caraïbes. Bien qu’ils soient potentiellement dangereux pour l'homme, ils sont rarement agressifs. En moyenne, ils font environ un mètre et demi. Toutefois, des espèces de près de trois mètres de long ont déjà été recensées.

Lire aussi:

Macron: quand «votre famille parle l'arabe, c'est une chance pour la France»
L’hiver arrive: la France est-elle dans une situation «prérévolutionnaire»?
Caricatures de Mahomet: Daech «prépare des attentats en Europe à Noël», selon un ex-agent du MI6
Une «méga-catastrophe» menace les États-Unis, selon des experts
Tags:
attaque, requins
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook