Insolite
URL courte
Par
271358
S'abonner

Environ une semaine après la chute d’un disque métallique d'un peu plus de 200 g sur le toit d'une maison de Leuville-sur-Orge, son origine reste toujours indéterminée. Pour certains experts, il s’agit d’une «pièce [qui] proviendrait d'un avion» alors que le maire indique au Parisien que la ville n’est pas «sous les couloirs aériens».

Un disque métallique brûlant d'un peu plus de 200 g est tombé mercredi 2 décembre sur le toit d'une maison de Leuville-sur-Orge (Essonne), rapporte Le Parisien.

​Mesurée à une chaleur de 112°C avec un thermomètre de cuisson, cette pièce de quelques centimètres de diamètre a percé le toit sans blesser personne.

Sa provenance reste toujours inconnue. Pour la direction départementale de la sécurité publique de l'Essonne, il s’agit d’une «pièce [qui] proviendrait d'un avion». Interrogé par Le Parisien, un autre expert y voit «un bouchon de réservoir de carburant, mais pas nécessairement d'un avion».

«C'est extrêmement rare qu'une pièce se détache en plein vol»

Cependant, un ancien pilote de ligne et consultant spécialisé en transports aériens note auprès du quotidien que «c'est extrêmement rare qu'une pièce se détache en plein vol». Selon lui, «ce n'est pas une pièce provenant d'un gros porteur, cela doit provenir d'un petit avion».

«Je ne comprends pas. Nous ne sommes pas sous les couloirs aériens. Il arrive parfois qu'on entende un avion le dimanche mais là, ce n'est pas ça», s’étonne auprès du Parisien le maire Éric Braive.

Une enquête est ouverte pour déterminer l’origine de cette pièce et les conséquences de cette chute pour l’appareil.

Lire aussi:

«J’ai fait une bêtise mais elle n’a pas souffert»: l’ex-compagnon de la femme tuée à Alençon se livre
Un mort et plusieurs blessés après une fusillade dans l’Arizona
Alexeï Navalny interpellé à son retour en Russie
Une vingtaine de voyous s’attaquent aux pompiers de la Drôme avec des tirs de mortiers et des pierres
Tags:
mystère, Essonne, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook