Insolite
URL courte
Par
1154
S'abonner

Une belle vue vaut parfois une transgression, c’est ce que ce millionnaire britannique a dû se dire quand il a fait atterrir son jet privé sur une base militaire malgré l’interdiction des vols civils en raison des restrictions liées au Covid-19.

Un millionnaire et pilote britannique a posé son jet privé sur une base militaire malgré les interdictions actuelles liées au coronavirus pour avoir une belle vue sur la plage, relate Metro.

Selon le journal, Richard Charles Priestley Wood, 60 ans, avait d’abord prévu de s’envoler pour voir sa mère dans le Yorkshire, en Angleterre. Cependant, après avoir appris qu’elle était occupée, il a décidé de se diriger le long de la plage vers l’île d’Anglesey au Pays de Galles.

Sans attendre l’autorisation, le millionnaire a posé son avion sur un aérodrome de la Royal Air Force Valley, ce qui a déclenché une alarme. En conséquence, les pompiers sont arrivés sur les lieux, et l’homme a été arrêté et interrogé par la police.

Selon un pompier, le train d’atterrissage de l’avion était en partie abaissé, ce qui l’a poussé à donner l’alerte, pensant à une urgence. Les enregistrements radio ont montré que Wood avait appelé la tour de la RAF Valley au moins sept fois au sujet de l’atterrissage, mais «sans surprise», le contrôle de la circulation aérienne n’a pas répondu parce que l’aérodrome était fermé.

Ses explications devant le tribunal

Interrogé sur son atterrissage imprévu à la RAF Valley, le pilote a répondu: «Je voulais voir la plage».

Accusé d’avoir atterri sur un aérodrome militaire et enfreint les restrictions anti-Covid-19, Wood a répondu: «Ça va. J’ai eu le Covid-19 il y a deux mois».

L’homme a admis qu’il ignorait que l’aéroport était fermé aux avions civils. De plus, il a expliqué qu’il avait auparavant volé principalement au Canada et aux États-Unis et qu’il ne connaissait pas très bien les règles du Royaume-Uni.

Lire aussi:

Carla Bruni réagit à la condamnation de Nicolas Sarkozy
Reconnu coupable de corruption, Sarkozy écope de trois ans de prison, dont un ferme
Le Kremlin répond à Biden sur l’«annexion de la Crimée»
Tags:
Royaume-Uni, base militaire, avions
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook