Insolite
URL courte
Par
179722
S'abonner

Une écolière anonyme de 11 ans a rédigé, en 1969, une lettre qui prédit différentes inventions technologiques qui ont depuis vu le jour. La missive a été trouvée par un restaurateur de meubles britannique à l'intérieur d'un vieux canapé.

Un restaurateur de meubles britannique a découvert, au fond d'un canapé dont il s’occupait pour un client, une lettre datant de 1969. Elle contenait des prédictions étrangement précises concernant les technologies utilisées à notre époque, raconte le Mirror.

​Le texte a été rédigé par une écolière de 11 ans le 23 février 1969 en tant que devoir d’école. La fillette imaginait le monde en 1980 et avait réussi à prédire correctement quelques changements technologiques.

Ainsi, elle a prévu l’apparition des appels vidéo en disant qu’il serait possible de «voir les gens à qui vous parlez, car il y a un écran» dans le téléphone.

Pas de repas sous forme de chewing-gum

La télévision a également évolué par rapport à 1969. La fillette a imaginé que les postes de TV auraient un grand écran et seraient gérés avec des boutons incorporés dans le bras des chaises.

Elle imaginait également que les portes des maisons seraient «électriques» et actionnées par des boutons poussoirs.

Cependant, elle pensait que la nourriture serait identique à un morceau de chewing-gum. Ceci permettrait d’éviter de laver la vaisselle après le repas. 

La lettre n'est pas signée mais est accompagnée de corrections et de commentaires d'un enseignant écrits avec un stylo rouge, y compris le verdict «Bien». La femme du restaurateur a décidé de la partager dans l'espoir que l'auteure pourrait la reconnaître.

Lire aussi:

Le Drian assure sans plaisanter envisager une frappe nucléaire russe sur l’Europe
«Je vais tous vous crever»: appelés pour des violences conjugales, des policiers se font tirer dessus
Louboutin prend ses distances avec Assa Traoré, assurant qu'elle n'est pas une «égérie»
Tags:
prédictions, meubles, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook