Insolite
URL courte
Par
1146
S'abonner

L’entrée d’un établissement de restauration rapide à Pasadena, aux États-Unis, a été refusée à un client qui ne portait pas de masque. Une situation qui peut sembler quotidienne sauf qu’il a demandé son poulet en menaçant le personnel avec une arme à feu.

Un homme armé a braqué un restaurant de Pasadena, en Californie, mais plutôt que de vider la caisse il a exigé le poulet qui lui avait été refusé parce qu'il ne portait pas de masque.

Les faits ont eu lieu dans un restaurant de la chaîne Roscoe’s House of Chicken & Waffles à 17h40 le 3 février. Deux individus voulaient entrer mais l’un d’eux a été refoulé pour non-port du masque.

Après un vif échange avec le personnel, il a sorti une arme à feu, l’a pointée sur un employé et a dit «Tu vas faire quoi?», selon les informations du LA Times. 

«Puis il a pointé le pistolet sur le cuisinier et lui a dit: "Mets du poulet dans le sac"», a raconté la gérante au média. «Le cuisinier l’a regardé et n'a pas bougé, alors l’homme est retourné dans la cuisine avec le pistolet. Puis il est sorti avec de la nourriture et est parti.»

Quatre employés sont sortis du magasin en courant.

Le cuisinier a déclaré aux médias locaux qu'il était clair que le suspect n'était «pas à la recherche d'argent». Il a dit qu’il était entré dans la cuisine et avait commencé à le pourchasser avant de se laisser distraire.

La vidéosurveillance le montre poser quelque chose sur le comptoir, sortir l’arme et entrer dans la cuisine. Ensuite il quitte le restaurant avec son poulet.

 

Lire aussi:

Régionales: «Ces élections étaient sabotées dans tous les sens du terme»
«Je commence à vraiment comprendre les Français»: agacé, Laurent Delahousse recadre Schiappa et Faure - vidéo
«Vivre le naufrage»: Michel Onfray prédit le déclin de la société française
Des bandes de banlieue profitent de soirées «Projet X» à Paris pour tabasser et racketter les fêtards – vidéo choc
Tags:
nourriture, Pasadena, braquage, vol
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook