Insolite
URL courte
Par
0 018
S'abonner

L’artiste américain qui a créé en 2010 le célèbre mème «Deal With It» a gagné ce 7 mars plus de 20.000 euros après l’avoir vendu aux enchères sous la forme d’un jeton non-fongible.

Les droits numériques du populaire mème «Deal With It» ont été mis aux enchères jeudi 4 mars sous la forme d’un NFT (non-fungible token ou «jeton non-fongible» en français), indique son créateur Ryder Ripps, artiste américain, sur sa page Instagram.

View this post on Instagram

A post shared by RYDER RIPPS (@ryder_ripps)

Le mème emblématique, qui présente une paire de lunettes de soleil au-dessus de l'expression «Deal With It», est resté populaire en ligne depuis sa création en 2010. Placé sur Foundation.App, un site de vente de produits numériques, il a fini par rapporter 15 Ether. Ce dimanche 7 mars, cette somme de cryptomonnaie est estimée à plus de 25.000 dollars (20.000 euros), indique le site.

Ryder Ripps a ainsi transféré non seulement tous les droits sur le mème, mais aussi le modèle Photoshop original sous la forme d'un NFT qui offre un moyen pour les gens de prouver leur propriété d'un actif numérique à l'aide de la technologie blockchain.

Quelles sont les conséquences de cette vente?

La vente complique potentiellement les choses pour les créateurs de mèmes, car un nombre incalculable de GIF dépendent de son image, dont quelqu'un d'autre contrôlera désormais les droits, indique The Verge.

Cependant Ryder Ripps a déclaré au site qu'il ne craignait pas que quelqu'un utilise son modèle pour contrôler le mème.

«Je pense que ce serait un chapitre intéressant de l’histoire d’Internet» si c’était le cas, conclut-il toutefois.

Lire aussi:

«Toutes les personnes qui vont aller se faire vacciner sont des cobayes», lance une députée française
L’Iran suspend sa coopération avec l’UE dans plusieurs domaines
«Reprendre le pouvoir»: «Une partie des endormis va se réveiller», prédit François Boulo
Tags:
actifs, mème Internet, cryptomonnaie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook