Insolite
URL courte
Par
6183
S'abonner

Deux visiteurs d’une galerie d’art en Corée du Sud ont vandalisé sans le vouloir une peinture d’un graffeur américain, pensant qu’ils faisaient de l’art participatif. L’œuvre attire désormais plus de public.

Les organisateurs de l’exposition Street Noise dans une galerie d’art à Séoul ont repéré fin mars de nouveaux coups de peinture sur l’une des peintures exposées de l’artiste américain John Andrew Perello alias JonOne, relate ABC News. L’œuvre en question est un graffiti multicolore.

Devant ce mur peint de sept mètres sur deux se trouvaient des pots de peinture et des pinceaux posés spécialement comme faisant partie de l’exposition. Vue sa grande taille, cette pièce d’exposition était la seule à ne pas être encadrée.

Un couple naïf

Quand le personnel de la galerie d’art a remarqué de nouveaux coups de pinceau sur le mur - des petites taches vert foncé au milieu de l’œuvre – il a vérifié les images des caméras de surveillance. Il s’est avéré que les «vandales» étaient un jeune couple. Ils avaient cru qu’il s’agissait d’art participatif, vus les pots de peinture et les pinceaux devant le mur.

«Nous avons immédiatement appelé la police et parlé à la compagnie d'assurance», a déclaré à ABC News Kang Wook, le PDG de Contents Creator of Culture, co-organisateur de l'exposition.

Selon les organisateurs, ce graffiti vaut environ 440.000 dollars (375.000 euros). Ils mènent des négociations avec l’artiste en vue de prendre les mesures appropriées. L’artiste lui-même, pourtant, n’a pas l’intention de réagir suite à l’incident, a confié à ABC News David Maginot, un représentant de l’artiste.

Succès auprès du public

Vu le caractère accidentel de l’acte de vandalisme, les co-organisateurs ont l’intention de «minimiser les dommages causés au couple».

Ironie du sort, depuis ce saccage involontaire, l’œuvre intitulée «Untitled» attire plus de spectateurs qu’avant l’incident. Depuis, les organisateurs de l’exposition ont ajouté des instructions pour expliquer le concept du graffiti et les accessoires posés devant. L’œuvre sera exposée à Séoul au Lotte World Mall jusqu’au 13 juin.

John Andrew Perello, le graffeur new-yorkais installé à Paris plus connu sous le nom de JonOne, a réalisé ce graffiti en 2016 pendant un show organisé par un musée à Séoul. Une fois le graffiti terminé, il avait laissé ses accessoires de peinture devant le tableau.

À part des graffitis, l’artiste collabore avec plusieurs marques de vêtements et participe à des projets urbains. En 2009, JonOne avait peint dans un Thalys sur les liaisons Paris – Amsterdam et Paris – Cologne. Selon le site de l’artiste, ses œuvres sont vendues aux enchères pour des sommes situées entre 23.000 et 48.000 euros. Une de ses toiles, par exemple, intitulée «Silence», a été vendue pour 48.790 euros en 2020.

Lire aussi:

L'ancien ministre Éric Raoult est mort
Expulsion de diplomates, interdiction d'entrée: Moscou riposte aux sanctions US
Sans assimilation, le risque «d’une guerre de tous contre tous»? – vidéo
Tags:
vandalisme, art, galerie, graffiti
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook